Les 5 principaux usages des XO à Nosy Komba

Retours sur la recherche conduite en mai 2013. Projet OLPC à Nosy Komba : quels usages des XO 4 ans après le lancement du projet ?

Depuis 2009, l’association OLPC France est en charge d’un projet éducatif dans un village au nord-ouest de Madagascar. Fondé sur les principes du projet OLPC, ce projet répond à des enjeux contemporains : réduire la fracture numérique, leur donner accès à des connaissances et des ressources nouvelles, favoriser la mise en œuvre d’un apprentissage constructionniste et développer l’autonomie des enfants, leur initiative, leur créativité.

En mai 2013, nous nous sommes rendu à Nosy Komba afin d’analyser les usages de ces ordinateurs quatre ans après leur introduction dans le village par OLPC France en partenariat avec l’association Gducoeur.

Les premières observations réalisées lors de ces trois semaines sur place nous ont rapidement permis de mettre en évidence un ensemble de facteurs déterminants pour l’utilisation des ordinateurs. Le premier d’entre eux, déjà bien identifié dans d’autres projets, était l’électricité, et en particulier l’approvisionnement en essence pour le groupe électrogène.

Au-delà de ces premiers constats, l’observation de l’ensemble des séances de XO réalisées à l’école (qui se déroulent l’après-midi après la fin des cours), et des observations informelles des enfants en dehors de l’école ont permis de mieux comprendre les usages des XO d’abord en classe, puis en dehors de l’école.
A l’école primaire, l’étude montre que les usages des XO s’inscrivent dans la continuité des enseignements mis en place ; ils sont utilisés pour enseigner et faire travailler les élèves sur différents savoirs et compétences en complément des cours faits en séance « ordinaire ». Ainsi, du point de vue des enseignants, l’utilisation de l’ordinateur doit favoriser les apprentissages fondamentaux, favoriser la maîtrise de la langue (notamment l’écrit) et permettre aux enfants d’avoir accès à d’autres ressources connaissances.

Cinq types d’usage des XO en classe peuvent être distingués :

  1. L’ordinateur portable : un objet d’apprentissage
    Certaines séances ou parties de séances avec ordinateurs sont consacrées à l’apprentissage de l’utilisation de l’ordinateur lui-même. Pour les CP1 (6 ans), qui n’ont pour la plupart jamais vu d’ordinateur et qui découvrent également l’écrit, il s’agit d’abord de découvrir comment allumer un ordinateur, le clavier (position des lettres, reconnaissance des lettres et des chiffres), puis le traitement de texte. Dans les classes de CP2 et CE, il s’agit de la découverte des fonctionnalités principales de l’ordinateur, et du traitement de texte. En CM, la plupart des élèves ont déjà utilisé l’ordinateur auparavant, aucun cours ne porte explicitement sur son utilisation.
  2. En classe avec le XO

  3. L’ordinateur portable : un cahier de substitution
    Dans toutes les classes, l’ordinateur est utilisé dans certaines séances comme cahier de substitution (dans 25% des séances en CP et CE, dans plus de 50% des séances en CM). Il peut être utilisé pour des finalités variées :
    – recopier une leçon écrite au tableau (objectif : écriture (attention à l’orthographe et à la syntaxe), utilisation un traitement de texte) (CP1 et 2),
    – réaliser un exercice de vocabulaire (objectif : compréhension du vocabulaire en français, entrainement à l’écriture, utilisation du traitement de texte) (CP2, CE)
    – répondre à des questions visant à évaluer la compréhension d’un cours (objectif : maitrise des connaissances en histoire, production d’une réponse individuelle à l’écrit, utilisation du traitement de texte) (CM)
  4. L’ordinateur portable : un support à des séances d’entrainement et de révision ludique
    Le XO propose un ensemble de jeux ludo-éducatifs destinés à favorisés l’apprentissage. Parmi ces jeux, les enseignants utilisent parfois tuxmaths, un jeu destiné à travailler le calcul mental, et Gcompris – qui propose différents jeux sur la reconnaissance des nombres et l’arithmétique – pour proposer des entrainements individualisés aux mathématiques. Suite aux formations assurées par les volontaires, ils utilisent également memory pour proposer des exercices de révision. Cette application, personnalisable permet de créer des paires de cartes correspondantes à retrouver ensuite.
  5. L’ordinateur portable : des ressources à disposition de la classe
    Différentes applications disponibles sur le XO sont utilisées comme ressources pour apprendre. Il s’agit notamment des outils de mesure (non disponibles dans la classe), de l’application clock, qui permet d’apprendre à lire l’heure, ou de wikipedia. Une application Madagascar a également été conçue spécifiquement pour ce déploiement. Elle permet d’accéder à des cartes, des photos ou des articles sur l’histoire, la géographie, la faune, la flore, etc. Elle est utilisée par les enseignants de CP2 et de CM pour avoir accès à des ressources documentaires (en histoire, géographie, sciences) non accessibles autrement, et pour apprendre aux élèves à utiliser ces ressources.
  6. L’ordinateur portable : un support favorisant des activités d’expression
    Enfin l’ordinateur est utilisé dans des activités d’expression, soit pour travailler l’expression orale, soit pour travailler l’expression personnelle à travers des activités créatives (dessin, réalisation de roman-photo, musique).
  7. Roman photo en anglais

Si les activités proposées s’inscrivent dans la continuité des pratiques en classe, l’utilisation des XO, de par les contraintes qu’elle impose, infléchit les pédagogies mises en place. Dans toutes les classes on observe une individualisation du travail proposé, et un temps plus important accordé aux enfants pour réfléchir, s’exercer, répondre par eux-mêmes, etc. Pour trois des quatre enseignants de l’école primaire, on observe également qu’ils proposent une aide plus personnalisée aux élèves (aide technique, mais aussi relative aux réponses des élèves). Enfin, dans deux séances observées, une pédagogie d’inspiration constructionniste (Harrel et Papert, 1991) a été mise en oeuvre. Les enfants sont invités à mettre en œuvre des savoirs travaillés en cours pour produire par eux-mêmes un document tangible, partageable.
Ainsi, si l’utilisation du XO à l’école ne transforme pas radicalement les modes d’enseignement et d’apprentissage, le XO conduit néanmoins à un apprentissage plus personnalisé, et offre ainsi aux enfants la possibilité d’être plus autonomes dans leurs apprentissages.
En dehors de l’école, les activités favorites des enfants avec les XO sont la prise de photo, l’enregistrement de vidéo et les jeux. Certains utilisent également gnome pour stocker et visionner des images, des vidéos, ou écouter de la musique qu’ils ont préalablement enregistré grâce à l’activité enregistrer.

Fond d'écran surprenant sous Gnome
Ces premières observations informelles sur les usages quotidiens du XO par les enfants méritent d’être mises en perspective avec les données obtenues grâce aux backups ; un travail avec Pierre Varly est en cours à ce sujet. Une étude complémentaire devra également être faite afin de faire une analyse plus systématique de ces usages en relation avec les activités des enfants dans leur vie quotidienne.

Pour en savoir plus :

Cette recherche a été conduite par Sandra Nogry, MCF en Pyschologie des apprentissages (laboratoire Paragraphe, Université Cergy-Pontoise) en collaboration avec Françoise Decortis, Professeure en ergonomie, (Equipe C3U, Laboratoire Paragraphe, Université paris 8). Il est financé par l’Université Paris 8 dans le cadre du programme d’aide à la recherche innovante (PARI) « ergonomie pour l’enfant » et le projet PICRI « Projet OLPC : Usages et appropriation d’ordinateurs portables à l ‘école) financé par la région île de France.
Pour toute information complémentaire vous pouvez contacter Sandra Nogry : sandra.nogry@u-cergy.fr

idf2005