[Nosy Komba] Retour de Nosy Komba

Comme chaque été, plusieurs membres d’OLPC France se succèdent cette année à Nosy Komba pour poursuivre notre projet de déploiement. Voici le premier retour de Sandra sur ses actions et ses impressions pour son deuxième voyage sur place.

Dans le cadre de notre projet de recherche en cours sur l’usage et l’appropriation des XO par les enseignants et les enfants, et suite à l’étude conduite en 2013 (voir l’article Quels usages des XO à Nosy Komba 4 ans après), j’ai souhaité poursuivre le travail commencé en 2013. Je suis partie au mois de mai 2014 avec une commande d’OLPC France – former les nouveaux enseignants- et des objectifs de recherche multiples :

  • Etudier l’évolution des usages des XO en classe d’une année sur l’autre
  • Observer la façon dont les nouveaux enseignants s’approprient les XO et les intègrent à leur pratique
  • Documenter leurs usages par les enfants en dehors de l’école, la façon dont ils prennent place dans leur activité quotidienne

Je suis donc partie pour plusieurs semaines, chargée de caméra, appareil-photo, cahiers, tests à faire passer et autres supports susceptibles de favoriser la prise de parole des enfants.
A la sortie de l’avion, à mon arrivée à Hellville, j’ai plaisir à retrouver la chaleur et la douceur d’une soirée orageuse et le rythme détendu des habitants déambulant en ville.

Le lendemain, après une traversée sur la pirogue de Denis, à l’arrivée à Antitourne, je vois Diry grimper sur la pirogue… très surpris de me voir ici ! Première retrouvaille avec les enfants !

Arrivée en pirogue

Chez Stefano, je rencontre l’équipe suisso-franco-malgache en charge de la turbine hydro-électrique (associations CEAS et PATMAD), occupée à faire fonctionner une nouvelle turbine plus puissante pour alimenter le village.

Autour de la turbine

La nouvelle turbine

Pendant plusieurs jours à table, on parlera technique, énergie renouvelable et développement durable dans une ambiance très agréable. Je reprends progressivement contact avec les lieux et le village ; une première soirée « guitare avec les enseignants », jeux et baignade avec les enfants occupent ce premier week-end.

Semaine 1 : reprise de contact

Lundi matin, après la montée du drapeau, suit un temps avec les enseignants.
Levée de drapeau

nk14_sn_5

nk14_sn_6

Beaucoup de changement cette année, au collège, deux enseignantes et un enseignant sont partis, remplacés par deux nouveaux enseignants, Patrick est devenu directeur, et à l’école primaire Edwige est devenue directrice et deux nouveaux enseignants sont venus renforcer l’équipe. Je me présente, décris mes objectifs, et fais connaissance avec les nouveaux venus. L’accueil est positif et chaleureux, ils posent des questions, manifestent une envie de collaborer.

Une première semaine est donc consacrée à la prise de contact avec les enseignants : je fais des observations informelles durant les cours « ordinaires » le matin, et observe les séances de XO l’après-midi. Pendant les pauses, nous discutons et plaisantons. Durant les séances les nouveaux enseignants me font part de ce qu’ils ont essayé, des problèmes techniques rencontrés, de leurs difficultés, demandes, etc. Suite à ces demandes j’organiserai plusieurs temps de travail pour préciser leurs besoins et faire de la formation.

Un enseignant qui doit s’absenter pour une réunion me confie également sa classe afin de mener une séance de XO. Je leur propose de réaliser une petite carte de présentation associant leur photo et du texte, de façon à travailler la façon de se présenter en français l’écriture, et la mise en forme dans un traitement de texte. L’écriture est plus ou moins aisée, mais tous s’impliquent dans la classe et produisent un petit document, puis on enchaine par quelques jeux, du dessin, et un peu de géographie avant que l’essence ne s’épuise.

Les  XO en classe

Durant cette première semaine, mes journées s’organisent progressivement : journée d’observation à l’école, fin d’après-midi sur la terrasse avec les enfants -au programme, photos, dessin, jeux de cartes, XO pour quelques-uns – durant les temps morts, observation des enfants (leurs jeux, de leurs activités quotidiennes),

Les enfants
Autour du XO

puis soirée italienne, avant un dernier temps de travail, de lecture face à la mer ou de déambulation sous les étoiles.

A l’école, premières utilisations des XOs observées

A l’école primaire, dès les premières séances, je constate que les enseignants proposent principalement d’utiliser Gcompris pour travailler des activités mathématiques et du vocabulaire en français et le traitement de texte pour recopier ou rédiger des textes courts. L’équipe Gducoeur 2013 leur avait laissé un beau manuel décrivant les activités de Gcompris, et ils s’en sont tous emparés pour sélectionner les activités adaptées au niveau de leurs élèves.

GCompris

Au collège, les séances proposées sont plus diversifiées. Le XO est utilisé pour travailler certains éléments du cours en mobilisant différentes applications. Par exemple durant la première semaine, j’assiste à une séance d’EPS durant laquelle les élèves utilisent les XO pour chronométrer la course des membres de leur équipe. Dans un 2eme temps, il leur ai demandé de calculer la vitesse moyenne de chacun puis le temps moyen obtenu par le groupe afin de déterminer quelle équipe est la plus rapide. Chaque groupe se répartit alors dans l’une des salles du collège et dans une joyeuse ambiance ils font des tableaux récapitulatifs, s’entre-aident pour déterminer comment calculer une moyenne, une vitesse et utilisent les XO pour réaliser les différents calculs demandés. J’assiste là à un véritable travail collaboratif et en autonomie.

Top chrono !Calcul des moyennesLes scores

Cette semaine-là ma présence incite les enseignants à improviser une seconde séance de XO, mais que faire ? Je propose une initiation à la photographie inspirée d’un projet photo déjà existant : les adolescents sont invités à échanger leur point de vue sur des photos célèbres (ce qu’ils aiment, ce qu’ils n’aiment pas, ce qu’ils ressentent), puis on analyse le cadrage et l’effet qu’il produit. A partir de ce premier travail chacun est invité à prendre ses propres photos dans le village avec le XO ; à l’issue de la séance, nous échangeons sur les photos présentées par chacun ; de ces 2 heures de travail il ressort des photos fortes, émouvantes, drôles !

Photo d'enfantPhoto d'enfant

Enfin une séance ouverte le samedi matin réunit 60 enfants hyper-motivés ! Durant cette séance, j’observe ce qu’ils font spontanément.

Séances de travail avec les enseignants

Dès mon arrivée plusieurs enseignants sont en demande d’une programmation sur l’année, décrivant ce qui doit être fait au cours de l’année pour chaque niveau. Je leur propose différentes réunions de travail.
Une première réunion a lieu le samedi matin avec les nouveaux enseignants de l’école primaire. Ce temps de travail porte surtout sur l’utilisation du XO lui-même et la découverte de différentes activités potentiellement intéressantes.
Une seconde réunion a lieu le lundi suivant, cette fois en présence de toute l’équipe enseignante de l’école primaire, ceci afin de faire le point sur le déroulement de l’année, les difficultés éventuelles, et leurs besoins. Différents besoins émergent :

  • du point de vue organisationnel, l’ouverture d’une nouvelle classe pose des difficultés de répartition des séances de XO (comment répartir 5 classes sur 4 après-midi ? (les enfants rentrent chez eux le vendredi après-midi) ;
  • sur le plan matériel, l’approvisionnement en essence est plus simple que l’année précédente, mais quelques problèmes d’approvisionnements sont encore signalés,
  • sur le plan pédagogique, tous les enseignants constatent le faible niveau des enfants en français, et signalent des besoins spécifiques à ce sujet.

Nous convenons d’une 3eme réunion un vendredi après-midi avant mon départ, cette fois avec les professeurs de langue du collège afin de réfléchir spécifiquement à cette question. Durant cette séance-là, chacun est invité à partager ses expériences, ce qu’il a essayé, ce qui a bien marché, puis je présente les livrets sur l’enseignement du français proposés par l’ifadem ainsi que différents usages possibles des XO pour l’apprentissage du français. S’en suit une réflexion sur ce que chacun pourrait essayer avant la fin de l’année. Les enseignants sont également en demande de formation à internet.

Scéance de travail avec les profs

Nous finissons cette après-midi studieuse autour d’un verre, l’ambiance est chaleureuse et détendue !

Activités de recherches sur les usages

Sur le plan de la recherche, après une première semaine d’observations informelles dans la plupart des classes, je passe à des observations plus systématiques les 2 semaines suivantes. Suivant les séances, mes observations portent plus systématiquement sur l’organisation des séances, les interactions entre enseignant et élèves ou sur l’activité de quelques élèves durant une séance. Certaines séances sont filmées. Des séances en classe ordinaire (sans XO) portant sur des objets d’apprentissage comparables sont également observées et filmées afin d’avoir des situations de référence permettant de contraster les observations faites dans les séances de XO.
Afin d’en savoir plus sur leurs usages en dehors de l’école, je mène des entretiens avec une vingtaine d’enfants (3 à 5 enfants par classe) et quelques mamans. J’avais prévu de compléter ces entretiens par des observations informelles dans le village après l’école ou durant le week-end,
Le XO en dehors des cours

mais il s’avère que la faible autonomie des batteries des XO 1.0 limite bien souvent l’utilisation du XO en dehors de l’école à la demi-heure qui suit la séance ; ces observations s’avèrent limitées.

En vue d’analyser les backup de l’année, il nous semble par ailleurs utile d’en savoir plus sur le niveau de maîtrise de la lecture (en particulier en français) et de la compréhension écrite des enfants des différentes classes. Dans cette perspective, observations et entretiens sont complétés par des tests individuels de lecture (Early Grade Reading Assessment) en français et en malgache.
Pour les entretiens comme pour les tests, la présence à mes côté de Fara, étudiante malgache assurant pour l’occasion le rôle d’interprète me facilite grandement la tâche !

Arrivée de l’équipe G du coeur : tonga sua !

Au début de ma quatrième semaine sur place, j’accueille à Nosy bé l’équipe des étudiants de Gducoeur, équipe très motivée et heureuse d’être là. Ce premier week-end ensemble est consacré à l’installation et à la découverte du village – les enfants prennent un grand plaisir à nous faire découvrir les chemins de traverse ! – avant un dimanche « farniente » à Ampangourine.

Le contact est tout de suite excellent avec les enfants ; Durant cette dernière semaine je leur laisse progressivement la place dans les séances de XO, pour mieux me consacrer aux entretiens et à la passation des entretiens et des tests.

Jessica de l'équipe G du coeur et les enfantsG du coeur en classe avec les enfants

Azalahy ééééé !

Après des semaines bien remplies, de belles rencontres, beaucoup de jeux avec les enfants et quelques belles excursions, déjà le jour du départ approche. Nous fêtons cela dignement avec les enseignants, les amis, et les enfants habitués de la terrasse. Les chansons des enseignants, les rythmes des djumbés, et quelques danses endiablées rythment la soirée.

Soirée de fête

Leurs chants résonnent encore parfois sur les trottoirs de Paris !

Sandra Nogry, (laboratoire Paragraphe, Université Cergy-Pontoise)
Recherche réalisée dans le cadre du projet PICRI « Projet OLPC : Usages et appropriation d’ordinateurs portables à l ‘école), mené en partenariat avec l’Université Paris 8 – Françoise Decortis, (équipe C3U, Laboratoire Paragraphe), projet financé par la région île de France

idf2005

2 commentaires

  1. cecile · août 27, 2014

    Super ! Merci, Sandra, pour ce retour détaillé, touchant et fort intéressant 🙂

  2. Kirsi TRAORE · août 27, 2014

    Bravo Sandra .
    Merci de ce retour !!