Le SugarCamp #3 comme si vous y étiez

Inscrivez-vous au SugarCampEn avril dernier se tenait le SugarCamp #3. Pendant 2 jours OLPC France était le centre du monde pour le projet OLPC et pour Sugar. Pour ceux qui n’ont pas pu être présents ou ceux qui veulent revivre l’événement, sachez que toutes les sessions sont disponibles en vidéo.

Les différents liens ci-dessous. Bon visionnage.

Opening Keynote Walter Bender
Opening Keynote Walter Bender (31:06)

Learning number with the XO: Mundurucu project
Learning number with the XO: Mundurucu project (57:58)

Teachers engagement in technology
Teachers engagement in technology (51:14)

The implementation of Plan Ceibal: an example of New Public Management in Uruguay
The implementation of Plan Ceibal: an example of New Public Management in Uruguay (52:09)

Data analysis: learn from 100 XO in Nosy Komba during 3 years
Data analysis: learn from 100 XO in Nosy Komba during 3 years (59:37)

Beyond OLPC and Sugar
Beyond OLPC and Sugar (38:07)

Enseignement de l'informatique à l'école ?
Enseignement de l’informatique à l’école ? (01:03:18)

Opening Keynote Manuel Quiñones
Opening Keynote Manuel Quiñones (36:47)

GCompris to reborn itself in Qt Quick
GCompris to reborn itself in Qt Quick (50:31)

Sugarizer: what if Sugar could be on every device ?
Sugarizer: what if Sugar could be on every device ? (01:01:53)

Let's Downscale the Semantic Web!
Let’s Downscale the Semantic Web! (29:21)

What about Open webOS for the XO ?
What about Open webOS for the XO ? (24:36)

Vikidia, a counterpart of Wikipedia for children
Vikidia, a counterpart of Wikipedia for children (53:52)

Basic Educational Resources Needed for Innovative Education (BERNIE)
Basic Educational Resources Needed for Innovative Education (BERNIE) (59:12)

Coding Goûter
Coding Goûter (05:20)

Les 5 principaux usages des XO à Nosy Komba

Retours sur la recherche conduite en mai 2013. Projet OLPC à Nosy Komba : quels usages des XO 4 ans après le lancement du projet ?

Depuis 2009, l’association OLPC France est en charge d’un projet éducatif dans un village au nord-ouest de Madagascar. Fondé sur les principes du projet OLPC, ce projet répond à des enjeux contemporains : réduire la fracture numérique, leur donner accès à des connaissances et des ressources nouvelles, favoriser la mise en œuvre d’un apprentissage constructionniste et développer l’autonomie des enfants, leur initiative, leur créativité.

En mai 2013, nous nous sommes rendu à Nosy Komba afin d’analyser les usages de ces ordinateurs quatre ans après leur introduction dans le village par OLPC France en partenariat avec l’association Gducoeur.

Les premières observations réalisées lors de ces trois semaines sur place nous ont rapidement permis de mettre en évidence un ensemble de facteurs déterminants pour l’utilisation des ordinateurs. Le premier d’entre eux, déjà bien identifié dans d’autres projets, était l’électricité, et en particulier l’approvisionnement en essence pour le groupe électrogène.

Au-delà de ces premiers constats, l’observation de l’ensemble des séances de XO réalisées à l’école (qui se déroulent l’après-midi après la fin des cours), et des observations informelles des enfants en dehors de l’école ont permis de mieux comprendre les usages des XO d’abord en classe, puis en dehors de l’école.
A l’école primaire, l’étude montre que les usages des XO s’inscrivent dans la continuité des enseignements mis en place ; ils sont utilisés pour enseigner et faire travailler les élèves sur différents savoirs et compétences en complément des cours faits en séance « ordinaire ». Ainsi, du point de vue des enseignants, l’utilisation de l’ordinateur doit favoriser les apprentissages fondamentaux, favoriser la maîtrise de la langue (notamment l’écrit) et permettre aux enfants d’avoir accès à d’autres ressources connaissances.

Cinq types d’usage des XO en classe peuvent être distingués :

  1. L’ordinateur portable : un objet d’apprentissage
    Certaines séances ou parties de séances avec ordinateurs sont consacrées à l’apprentissage de l’utilisation de l’ordinateur lui-même. Pour les CP1 (6 ans), qui n’ont pour la plupart jamais vu d’ordinateur et qui découvrent également l’écrit, il s’agit d’abord de découvrir comment allumer un ordinateur, le clavier (position des lettres, reconnaissance des lettres et des chiffres), puis le traitement de texte. Dans les classes de CP2 et CE, il s’agit de la découverte des fonctionnalités principales de l’ordinateur, et du traitement de texte. En CM, la plupart des élèves ont déjà utilisé l’ordinateur auparavant, aucun cours ne porte explicitement sur son utilisation.
  2. En classe avec le XO

  3. L’ordinateur portable : un cahier de substitution
    Dans toutes les classes, l’ordinateur est utilisé dans certaines séances comme cahier de substitution (dans 25% des séances en CP et CE, dans plus de 50% des séances en CM). Il peut être utilisé pour des finalités variées :
    – recopier une leçon écrite au tableau (objectif : écriture (attention à l’orthographe et à la syntaxe), utilisation un traitement de texte) (CP1 et 2),
    – réaliser un exercice de vocabulaire (objectif : compréhension du vocabulaire en français, entrainement à l’écriture, utilisation du traitement de texte) (CP2, CE)
    – répondre à des questions visant à évaluer la compréhension d’un cours (objectif : maitrise des connaissances en histoire, production d’une réponse individuelle à l’écrit, utilisation du traitement de texte) (CM)
  4. L’ordinateur portable : un support à des séances d’entrainement et de révision ludique
    Le XO propose un ensemble de jeux ludo-éducatifs destinés à favorisés l’apprentissage. Parmi ces jeux, les enseignants utilisent parfois tuxmaths, un jeu destiné à travailler le calcul mental, et Gcompris – qui propose différents jeux sur la reconnaissance des nombres et l’arithmétique – pour proposer des entrainements individualisés aux mathématiques. Suite aux formations assurées par les volontaires, ils utilisent également memory pour proposer des exercices de révision. Cette application, personnalisable permet de créer des paires de cartes correspondantes à retrouver ensuite.
  5. L’ordinateur portable : des ressources à disposition de la classe
    Différentes applications disponibles sur le XO sont utilisées comme ressources pour apprendre. Il s’agit notamment des outils de mesure (non disponibles dans la classe), de l’application clock, qui permet d’apprendre à lire l’heure, ou de wikipedia. Une application Madagascar a également été conçue spécifiquement pour ce déploiement. Elle permet d’accéder à des cartes, des photos ou des articles sur l’histoire, la géographie, la faune, la flore, etc. Elle est utilisée par les enseignants de CP2 et de CM pour avoir accès à des ressources documentaires (en histoire, géographie, sciences) non accessibles autrement, et pour apprendre aux élèves à utiliser ces ressources.
  6. L’ordinateur portable : un support favorisant des activités d’expression
    Enfin l’ordinateur est utilisé dans des activités d’expression, soit pour travailler l’expression orale, soit pour travailler l’expression personnelle à travers des activités créatives (dessin, réalisation de roman-photo, musique).
  7. Roman photo en anglais

Si les activités proposées s’inscrivent dans la continuité des pratiques en classe, l’utilisation des XO, de par les contraintes qu’elle impose, infléchit les pédagogies mises en place. Dans toutes les classes on observe une individualisation du travail proposé, et un temps plus important accordé aux enfants pour réfléchir, s’exercer, répondre par eux-mêmes, etc. Pour trois des quatre enseignants de l’école primaire, on observe également qu’ils proposent une aide plus personnalisée aux élèves (aide technique, mais aussi relative aux réponses des élèves). Enfin, dans deux séances observées, une pédagogie d’inspiration constructionniste (Harrel et Papert, 1991) a été mise en oeuvre. Les enfants sont invités à mettre en œuvre des savoirs travaillés en cours pour produire par eux-mêmes un document tangible, partageable.
Ainsi, si l’utilisation du XO à l’école ne transforme pas radicalement les modes d’enseignement et d’apprentissage, le XO conduit néanmoins à un apprentissage plus personnalisé, et offre ainsi aux enfants la possibilité d’être plus autonomes dans leurs apprentissages.
En dehors de l’école, les activités favorites des enfants avec les XO sont la prise de photo, l’enregistrement de vidéo et les jeux. Certains utilisent également gnome pour stocker et visionner des images, des vidéos, ou écouter de la musique qu’ils ont préalablement enregistré grâce à l’activité enregistrer.

Fond d'écran surprenant sous Gnome
Ces premières observations informelles sur les usages quotidiens du XO par les enfants méritent d’être mises en perspective avec les données obtenues grâce aux backups ; un travail avec Pierre Varly est en cours à ce sujet. Une étude complémentaire devra également être faite afin de faire une analyse plus systématique de ces usages en relation avec les activités des enfants dans leur vie quotidienne.

Pour en savoir plus :

Cette recherche a été conduite par Sandra Nogry, MCF en Pyschologie des apprentissages (laboratoire Paragraphe, Université Cergy-Pontoise) en collaboration avec Françoise Decortis, Professeure en ergonomie, (Equipe C3U, Laboratoire Paragraphe, Université paris 8). Il est financé par l’Université Paris 8 dans le cadre du programme d’aide à la recherche innovante (PARI) « ergonomie pour l’enfant » et le projet PICRI « Projet OLPC : Usages et appropriation d’ordinateurs portables à l ‘école) financé par la région île de France.
Pour toute information complémentaire vous pouvez contacter Sandra Nogry : sandra.nogry@u-cergy.fr

idf2005

[Nosy Komba] Retour de Nosy Komba

Comme chaque été, plusieurs membres d’OLPC France se succèdent cette année à Nosy Komba pour poursuivre notre projet de déploiement. Voici le premier retour de Sandra sur ses actions et ses impressions pour son deuxième voyage sur place.

Dans le cadre de notre projet de recherche en cours sur l’usage et l’appropriation des XO par les enseignants et les enfants, et suite à l’étude conduite en 2013 (voir l’article Quels usages des XO à Nosy Komba 4 ans après), j’ai souhaité poursuivre le travail commencé en 2013. Je suis partie au mois de mai 2014 avec une commande d’OLPC France – former les nouveaux enseignants- et des objectifs de recherche multiples :

  • Etudier l’évolution des usages des XO en classe d’une année sur l’autre
  • Observer la façon dont les nouveaux enseignants s’approprient les XO et les intègrent à leur pratique
  • Documenter leurs usages par les enfants en dehors de l’école, la façon dont ils prennent place dans leur activité quotidienne

Je suis donc partie pour plusieurs semaines, chargée de caméra, appareil-photo, cahiers, tests à faire passer et autres supports susceptibles de favoriser la prise de parole des enfants.
A la sortie de l’avion, à mon arrivée à Hellville, j’ai plaisir à retrouver la chaleur et la douceur d’une soirée orageuse et le rythme détendu des habitants déambulant en ville.

Le lendemain, après une traversée sur la pirogue de Denis, à l’arrivée à Antitourne, je vois Diry grimper sur la pirogue… très surpris de me voir ici ! Première retrouvaille avec les enfants !

Arrivée en pirogue

Chez Stefano, je rencontre l’équipe suisso-franco-malgache en charge de la turbine hydro-électrique (associations CEAS et PATMAD), occupée à faire fonctionner une nouvelle turbine plus puissante pour alimenter le village.

Autour de la turbine

La nouvelle turbine

Pendant plusieurs jours à table, on parlera technique, énergie renouvelable et développement durable dans une ambiance très agréable. Je reprends progressivement contact avec les lieux et le village ; une première soirée « guitare avec les enseignants », jeux et baignade avec les enfants occupent ce premier week-end.

Semaine 1 : reprise de contact

Lundi matin, après la montée du drapeau, suit un temps avec les enseignants.
Levée de drapeau

nk14_sn_5

nk14_sn_6

Beaucoup de changement cette année, au collège, deux enseignantes et un enseignant sont partis, remplacés par deux nouveaux enseignants, Patrick est devenu directeur, et à l’école primaire Edwige est devenue directrice et deux nouveaux enseignants sont venus renforcer l’équipe. Je me présente, décris mes objectifs, et fais connaissance avec les nouveaux venus. L’accueil est positif et chaleureux, ils posent des questions, manifestent une envie de collaborer.

Une première semaine est donc consacrée à la prise de contact avec les enseignants : je fais des observations informelles durant les cours « ordinaires » le matin, et observe les séances de XO l’après-midi. Pendant les pauses, nous discutons et plaisantons. Durant les séances les nouveaux enseignants me font part de ce qu’ils ont essayé, des problèmes techniques rencontrés, de leurs difficultés, demandes, etc. Suite à ces demandes j’organiserai plusieurs temps de travail pour préciser leurs besoins et faire de la formation.

Un enseignant qui doit s’absenter pour une réunion me confie également sa classe afin de mener une séance de XO. Je leur propose de réaliser une petite carte de présentation associant leur photo et du texte, de façon à travailler la façon de se présenter en français l’écriture, et la mise en forme dans un traitement de texte. L’écriture est plus ou moins aisée, mais tous s’impliquent dans la classe et produisent un petit document, puis on enchaine par quelques jeux, du dessin, et un peu de géographie avant que l’essence ne s’épuise.

Les  XO en classe

Durant cette première semaine, mes journées s’organisent progressivement : journée d’observation à l’école, fin d’après-midi sur la terrasse avec les enfants -au programme, photos, dessin, jeux de cartes, XO pour quelques-uns – durant les temps morts, observation des enfants (leurs jeux, de leurs activités quotidiennes),

Les enfants
Autour du XO

puis soirée italienne, avant un dernier temps de travail, de lecture face à la mer ou de déambulation sous les étoiles.

A l’école, premières utilisations des XOs observées

A l’école primaire, dès les premières séances, je constate que les enseignants proposent principalement d’utiliser Gcompris pour travailler des activités mathématiques et du vocabulaire en français et le traitement de texte pour recopier ou rédiger des textes courts. L’équipe Gducoeur 2013 leur avait laissé un beau manuel décrivant les activités de Gcompris, et ils s’en sont tous emparés pour sélectionner les activités adaptées au niveau de leurs élèves.

GCompris

Au collège, les séances proposées sont plus diversifiées. Le XO est utilisé pour travailler certains éléments du cours en mobilisant différentes applications. Par exemple durant la première semaine, j’assiste à une séance d’EPS durant laquelle les élèves utilisent les XO pour chronométrer la course des membres de leur équipe. Dans un 2eme temps, il leur ai demandé de calculer la vitesse moyenne de chacun puis le temps moyen obtenu par le groupe afin de déterminer quelle équipe est la plus rapide. Chaque groupe se répartit alors dans l’une des salles du collège et dans une joyeuse ambiance ils font des tableaux récapitulatifs, s’entre-aident pour déterminer comment calculer une moyenne, une vitesse et utilisent les XO pour réaliser les différents calculs demandés. J’assiste là à un véritable travail collaboratif et en autonomie.

Top chrono !Calcul des moyennesLes scores

Cette semaine-là ma présence incite les enseignants à improviser une seconde séance de XO, mais que faire ? Je propose une initiation à la photographie inspirée d’un projet photo déjà existant : les adolescents sont invités à échanger leur point de vue sur des photos célèbres (ce qu’ils aiment, ce qu’ils n’aiment pas, ce qu’ils ressentent), puis on analyse le cadrage et l’effet qu’il produit. A partir de ce premier travail chacun est invité à prendre ses propres photos dans le village avec le XO ; à l’issue de la séance, nous échangeons sur les photos présentées par chacun ; de ces 2 heures de travail il ressort des photos fortes, émouvantes, drôles !

Photo d'enfantPhoto d'enfant

Enfin une séance ouverte le samedi matin réunit 60 enfants hyper-motivés ! Durant cette séance, j’observe ce qu’ils font spontanément.

Séances de travail avec les enseignants

Dès mon arrivée plusieurs enseignants sont en demande d’une programmation sur l’année, décrivant ce qui doit être fait au cours de l’année pour chaque niveau. Je leur propose différentes réunions de travail.
Une première réunion a lieu le samedi matin avec les nouveaux enseignants de l’école primaire. Ce temps de travail porte surtout sur l’utilisation du XO lui-même et la découverte de différentes activités potentiellement intéressantes.
Une seconde réunion a lieu le lundi suivant, cette fois en présence de toute l’équipe enseignante de l’école primaire, ceci afin de faire le point sur le déroulement de l’année, les difficultés éventuelles, et leurs besoins. Différents besoins émergent :

  • du point de vue organisationnel, l’ouverture d’une nouvelle classe pose des difficultés de répartition des séances de XO (comment répartir 5 classes sur 4 après-midi ? (les enfants rentrent chez eux le vendredi après-midi) ;
  • sur le plan matériel, l’approvisionnement en essence est plus simple que l’année précédente, mais quelques problèmes d’approvisionnements sont encore signalés,
  • sur le plan pédagogique, tous les enseignants constatent le faible niveau des enfants en français, et signalent des besoins spécifiques à ce sujet.

Nous convenons d’une 3eme réunion un vendredi après-midi avant mon départ, cette fois avec les professeurs de langue du collège afin de réfléchir spécifiquement à cette question. Durant cette séance-là, chacun est invité à partager ses expériences, ce qu’il a essayé, ce qui a bien marché, puis je présente les livrets sur l’enseignement du français proposés par l’ifadem ainsi que différents usages possibles des XO pour l’apprentissage du français. S’en suit une réflexion sur ce que chacun pourrait essayer avant la fin de l’année. Les enseignants sont également en demande de formation à internet.

Scéance de travail avec les profs

Nous finissons cette après-midi studieuse autour d’un verre, l’ambiance est chaleureuse et détendue !

Activités de recherches sur les usages

Sur le plan de la recherche, après une première semaine d’observations informelles dans la plupart des classes, je passe à des observations plus systématiques les 2 semaines suivantes. Suivant les séances, mes observations portent plus systématiquement sur l’organisation des séances, les interactions entre enseignant et élèves ou sur l’activité de quelques élèves durant une séance. Certaines séances sont filmées. Des séances en classe ordinaire (sans XO) portant sur des objets d’apprentissage comparables sont également observées et filmées afin d’avoir des situations de référence permettant de contraster les observations faites dans les séances de XO.
Afin d’en savoir plus sur leurs usages en dehors de l’école, je mène des entretiens avec une vingtaine d’enfants (3 à 5 enfants par classe) et quelques mamans. J’avais prévu de compléter ces entretiens par des observations informelles dans le village après l’école ou durant le week-end,
Le XO en dehors des cours

mais il s’avère que la faible autonomie des batteries des XO 1.0 limite bien souvent l’utilisation du XO en dehors de l’école à la demi-heure qui suit la séance ; ces observations s’avèrent limitées.

En vue d’analyser les backup de l’année, il nous semble par ailleurs utile d’en savoir plus sur le niveau de maîtrise de la lecture (en particulier en français) et de la compréhension écrite des enfants des différentes classes. Dans cette perspective, observations et entretiens sont complétés par des tests individuels de lecture (Early Grade Reading Assessment) en français et en malgache.
Pour les entretiens comme pour les tests, la présence à mes côté de Fara, étudiante malgache assurant pour l’occasion le rôle d’interprète me facilite grandement la tâche !

Arrivée de l’équipe G du coeur : tonga sua !

Au début de ma quatrième semaine sur place, j’accueille à Nosy bé l’équipe des étudiants de Gducoeur, équipe très motivée et heureuse d’être là. Ce premier week-end ensemble est consacré à l’installation et à la découverte du village – les enfants prennent un grand plaisir à nous faire découvrir les chemins de traverse ! – avant un dimanche « farniente » à Ampangourine.

Le contact est tout de suite excellent avec les enfants ; Durant cette dernière semaine je leur laisse progressivement la place dans les séances de XO, pour mieux me consacrer aux entretiens et à la passation des entretiens et des tests.

Jessica de l'équipe G du coeur et les enfantsG du coeur en classe avec les enfants

Azalahy ééééé !

Après des semaines bien remplies, de belles rencontres, beaucoup de jeux avec les enfants et quelques belles excursions, déjà le jour du départ approche. Nous fêtons cela dignement avec les enseignants, les amis, et les enfants habitués de la terrasse. Les chansons des enseignants, les rythmes des djumbés, et quelques danses endiablées rythment la soirée.

Soirée de fête

Leurs chants résonnent encore parfois sur les trottoirs de Paris !

Sandra Nogry, (laboratoire Paragraphe, Université Cergy-Pontoise)
Recherche réalisée dans le cadre du projet PICRI « Projet OLPC : Usages et appropriation d’ordinateurs portables à l ‘école), mené en partenariat avec l’Université Paris 8 – Françoise Decortis, (équipe C3U, Laboratoire Paragraphe), projet financé par la région île de France

idf2005

Une armoire mobile pour charger les XO à Saint-Denis

Cette année encore et pour la troisième année consécutive, les enseignants et élèves de l’école Robespierre à Saint-Denis ont la possibilité de travailler avec l’ordinateur XO, dans le cadre d’une étude sur l’appropriation et les usages d’ordinateurs portables en classe par les enseignants et les enfants.

Cette année, un enseignant unique utilise les XO. Depuis début novembre 2013, cette classe de CM2 travaille avec le logiciel Tuxmath. Pour l’enseignant, ce logiciel qu’il maitrise maintenant très bien, lui permet de faire travailler le calcul mental de manière différenciée. Chaque enfant peut en effet évoluer à sa vitesse, et l’enseignant peut suivre les élèves individuellement, être attentif au niveau de chacun, et venir en aide aux enfants en difficulté.

Coaching sur Tuxmath

Tuxmath en classe

Problème majeur les deux dernières années : les enseignants rencontraient des contraintes matérielles et logistiques liées au déplacement, stockage et rechargement des XO. Ils étaient en effet plusieurs classes à partager les XO, et il fallait minimum 15 minutes pour mettre en place la séance. Il arrivait également que certains XO ne soient pas bien chargés. Ces contraintes freinaient ainsi leur utilisation. Grâce au soutien de la fondation Lyoness Child and Family, OLPC France a fait l’acquisition cette année d’une armoire mobile qui permet de ranger et recharger les XO tout en les laissant dans la classe. L’utilisation est ainsi grandement facilitée puisque les ordinateurs sont toujours prêts et disponibles à portée de la main. Ce sont aussi de petits problèmes logistiques qui limitent l’usage au quotidien, voilà qui est résolu à Saint-Denis. Un grand merci à la fondation Lyoness Child and Family qui a permis cela.

L'armoire en cours de chargement

Le projet Saint-Denis est porté par Sandra Nogry MCF en Pyschologie des apprentissages (laboratoire Paragraphe, Université Cergy-Pontoise) et Françoise Decortis, Professeure en ergonomie, (Equipe C3U, Laboratoire Paragraphe, Université paris 8). Il est financé par l’Université Paris 8 dans le cadre du programme d’aide à la recherche innovante (PARI) « ergonomie pour l’enfant » et soutenu par l’association OLPC-France avec le soutien de la fondation Lyoness Child and Family.
Pour toute information complémentaire vous pouvez contacter Sandra Nogry : sandra.nogry AT u-cergy.fr

12 et 13 avril : deux jours pour l’éducation et l’informatique à la Cité des Sciences

Ardoise, tablette ou ordinateur portable ? Tableau noir ou numérique ? Pour choisir, l’association One Laptop Per Child (OLPC)- France organisera une rencontre sur le thème de l’éducation numérique, ou comment utiliser l’informatique à des fins pédagogiques. L’événement, baptisé Sugarcamp, se déroulera les 12 et 13 avril prochains à la Cité des Sciences de Paris, France.

Chacun est invité à participer aux ateliers de programmation et de découverte des activités pédagogiques, des plus jeunes aux adultes. L’association Vikidia animera notamment un atelier autour de son encyclopédie pour enfants. Des chercheurs viendront présenter leurs travaux au grand public. Ils échangeront avec parents, enseignants et développeurs de France et d’ailleurs, lors d’un débat sur l’enseignement de l’informatique.

7726385234_88e058b903_b

Deux écoliers, en classe avec leur ordinateur portable XO (Madagascar, 2012) -photo Laura de Reynal -

La rencontre Sugarcamp tire son nom de la plateforme pédagogique Sugar, destinée à l’apprentissage des 6-12 ans. Elle a pour origine le projet d’éducation pour tous grâce à l’informatique de la fondation internationale OLPC. Cette dernière a créé l’ordinateur portable XO, aujourd’hui utilisé par près d’un million d’enfants de par le monde. Ces deux projets très liés insistent sur l’utilisation de logiciels libres, donnant à tous la possibilité de les adapter et de les améliorer.

OLPC France regroupe des bénévoles intéressés à la fois par les questions de pédagogie numérique et de développement. Elle mène depuis cinq ans un déploiement dans une école de 200 enfants à Madagascar. En France, un projet de recherche dans une école de St Denis étudie l’apport de l’ordinateur dans les apprentissages. Pendant le Sugarcamp, chacun pourra découvrir les activités de l’association. Deux journées pour apprendre à apprendre avec un clavier, une souris… et le sourire ! :)

Pour en savoir plus et s’inscrire: http://olpc-france.org/sugarcamp/index.html

Des nouveaux ebooks sur le XO grâce à Square Igloo

Proposer des contenus Francophones adaptés aux enfants a toujours été un des objectifs d’OLPC France.

C’est donc avec beaucoup de bonheur que nous vous annonçons aujourd’hui la collaboration avec la société Square Igloo.

SquareIgloo

Square Igloo conçoit et réalise des applications interactives et des ebooks pour enfants sur iPad, iPhone et tablettes Android. Au travers d’histoires originales, superbement illustrées dans des styles graphiques très variés, Square Igloo fait évoluer des personnages drôles et poétiques dans des décors de toutes les époques.

Déjà présents sur la XO Tablet, Square Igloo a eu la gentillesse de mettre à notre disposition une partie de son catalogue d’ebooks et de les adapter à l’ordinateur XO.

Qu'est ce qui est jaune ?

Dans quelques semaines, les enfants de nos déploiements de Saint-Denis, de Nosy Komba et du déploiement à venir que nous soutenons au Togo, pourront ainsi découvrir ces jolis ebooks qui parlent de la couleur jaune, de steak haché et des poneys de Tania.

Nous vous raconterons leurs réactions mais nous disons déjà un grand merci à la société Square Igloo de cette proposition généreuse.

Tania et ses trois poneys

A counterpart of Wikipedia for children: Vikidia to open in English

Vikidia is the equivalent of Wikipedia for children: an online encyclopedic project, for 8-13 year-old readers, open to contributors of any age. It aims both to offer a suitable corpus of knowledge for children and to let some of them, as well as teenagers them be involved in building it. It was launched in November 2006 in French, then in Spanish, Italian, Russian and now English

Homepage of Vikidia EN
Homepage of Vikidia EN

Such wikis have proven their sustainability and relevance, the two biggest ones this model being Vikidia in French and WikiKids.nl in Dutch, with respectively 16000 and 14000 articles. This post of a retired teacher that was involved in the Freinet movement insist on the need for a living documentary resource that fit well to children.

It was first posted on 05/2010:  La documentation et Vikidia. It also available in Spanish: Vikidia y la documentación

More than 80 years ago, while school failure already was an issue, teachers became aware of the shortcomings of lectures requiring all pupils in a class to work on the same assignment at the same time, without taking into account either of their individual pace, or their personal interests that could stimulate their excitement to work.

On the other hand, the disciplines partitioning, each one being handled in separate textbooks, did not allowed to link together every different knowledge and then arouse an unpredictable boost to other aspects of the subject, not only the how, the why the how much, but also the sight on what it once was and what it is now elsewhere, as well as traces in our language, sometimes artistic, and even openings to some literary or artistic works.

These teachers who wanted to modernize school imagined to create cooperatively documentary sheets that each child could study at its discretion. Some brought information, usually illustrated, other brought incentives to observation or (safe) experimentations. Other sheet would suggest diverse extensions of one subject. Among these various documentary sheets, spread on a table, the children chose, exchanged documents, and when sharing what they had learned by a short lecture to the class, they memorized with enthusiasm much more knowledge than with a good old style lesson.

This documentation was fuelled by the contributions of many classes, through surveys and multiple searches. For example, a child telling the comings and goings of swallows in their nest, built under the roof of his home, would give rise to the desire of others, according to their taste and not a a mandatory task, to find out what this nest is there for and how brood can hatch chicks compare nests of various birds, their different ways of eating, to question the migration of swallows and other birds, ask Alsatian friends about storks ( »Alsace is a region of France known among other things for its numerous storks »), study if the birds are the only animals to breed by laying eggs, etc… This would possibly add a new documentary sheet out of these research to existing ones.

Another example: on the elephant had been created multiple files or sheets from different sources, featuring its description, its size, its weight, but also its feeding, the use of his trunk, his tusks (including including the use of ivory), its group life in the bush, its domestication as a beast of burden in Asia and even its use in war by Hannibal (with extract of the literature on this episode). We knew less than today about his cousin the mammoth and we still ignored the ravages of poaching jeopardizing its African species.

The use of this material was simple, provided teachers ensured strict classification and storage after use. The main problem for a large collection was in terms of editing and updating the content. This led to abandon the documentary sheets to concentrate on a brochures (called « working library »), whose management was easier then, but was confronted much later to the general difficulties of the publishing sector.

Computers make it possible presently to classify and retrieve many documents, but does not magically solve all issues. Standing before the flood of images and information, sometimes bad, young people need benchmarks and answers to their questions that the curriculum does not always provide in a non daunting way. Hence the importance of a free online encyclopedia that can be freely accessed, going from one article to another without having to handle multiple printed volumes.

This is what Vikidia successfully brings, the encyclopedia for 8-13 old children. This age range corresponds to the beginning of mastering reasoning and reading and stops at the threshold of adolescence who have other needs and other documentary resources. However, the refusal of infantilizing young reader allows Vikidia be used by anyone, regardless of age, eager to find simple explanations of a topic that he doesn’t known yet. The intent is not just to respond with a simple definition, but offer different tracks, closely related to the subject without getting partitioned in a school discipline, because ties are obvious, for example, between the bee (insect), honey (food), beekeeping (breeding), pollination (botany), the danger of some pesticides (ecology). And these openings are easy to find by clicking on an internal link or one of the categories of the subject. In the wiki spirit, everyone can make contributions, including young people who can ask questions and propose, if possible in a group, the results of their research and investigations on the topic of their interest. Everything is reviewed by competent adults familiar with the needs and capacities of 8-13 years to make an encyclopedia that really fit them.

This is what Vikidia achieves for over 3 years and it deserves to be widely known and recognized by all those who are interested in education.

May this resource join the OLPC core activities be is online or offline for the benefits of the laptop users !

SugarCamp #3: un événement unique sur le libre et l’éducation

Inscrivez-vous au SugarCamp

Pour la 3ème fois, OLPC France organise un SugarCamp, avec le soutien de l’AFUL.  L’événement aura lieu les 12 et 13 avril prochain à la Cité des Sciences à Paris.

Le SugarCamp est une occasion unique en Europe d’échanger avec les acteurs du projet OLPC et de la plate-forme pédagogique libre Sugar, mais aussi plus largement d’échanger avec ceux qui font de l’accès universel à une éducation libre une priorité, et qui pensent que l’informatique peut jouer un rôle prépondérant pour cela.

Pendant deux jours intenses, et dans le cadre prestigieux du Carrefour Numérique de la Cité des Sciences et de l’Industrie, vous pourrez rencontrer les acteurs de cet écosystème, échanger avec eux autour de cette aventure unique, tant humaine que technologique, et qui continue de changer le monde jour après jour.

À l’heure où près de 3 millions d’ordinateurs XO sont utilisés par des enfants du monde entier, où de nouveaux périphériques viennent de sortir (voir le nouveau XO-4 tactile ou la XO Tablet), où il sera bientôt possible de disposer de la plate-forme Sugar sur n’importe quel machine, nous nous interrogerons sur les challenges des cinq prochaines années.

Enfin et surtout, ce SugarCamp proposera des ateliers autour du libre éducatif en général, avec notamment Vikidia, l’encyclopédie collaborative et libre pour le 8-13 ans, et un coding goûter organisé pour l’occasion le samedi après-midi – venez avec vos enfants !

L’inscription est libre et gratuite, dans la limite des places disponibles, dépêchez-vous !

Sugarizer: Sugar sur toutes les machines

Sugar est la plate-forme pédagogique libre qui équipe l’ordinateur XO de la fondation OLPC. A la fois interface graphique et conteneur des applications (appelées Activités), Sugar a été conçu spécifiquement pour des enfants, pour les aider à apprendre mais surtout pour les aider à apprendre à apprendre. S’appuyant sur plus de 40 ans de recherche sur la pédagogie à Harvard et au MIT par les plus grands penseurs de notre époque (Alan Kay, Seymour Papert, …), Sugar aide chaque enfant à développer son engagement dans l’apprentissage, sa réflexion et à construire sa propre expérience pédagogique.

Sugar

Depuis 2008, Sugar a été éprouvé grâce à son usage quotidien sur les 3 millions de XO déployés partout dans le monde. Sugar est pour toutes les personnes engagés sur le projet OLPC une vraie source d’inspiration quand nous voyons les enfants l’utiliser.

Sugar à Nosy Komba

Pourtant quel est l’avenir de Sugar à l’heure où la mode est d’utiliser des tablets comme outil d’apprentissage plutôt que des ordinateurs ? Quel est l’avenir de Sugar à l’heure ou même la fondation OLPC se fourvoie à distribuer des tablets de mauvaise qualité avec un ersatz de Sugar qui n’a aucune valeur ?

SugarLabs qui présage aux destinées de Sugar a réagi depuis longtemps. Depuis plusieurs années il est possible d’exécuter Sugar sur d’autres machines que le XO. Sugar est ainsi disponible dans de très nombreuses distributions GNU Linux et peut être utilisé sur un PC sous Windows via une clé USB bootable SugarOnAStick.
Mais est-il possible d’utiliser Sugar sur une tablet ?
Depuis la version 0.98, Sugar supporte les écrans tactiles et a été adapté (gestes spécifiques) à un usage sans clavier et souris. Il est ainsi parfaitement utilisable sur le nouveau XO-4 tactile.

Manipulation des menus

Mais alors peut-on utiliser Sugar une tablet Android ? Plus précisément, est-il possible de faire en sorte que Sugar fonctionne sur une tablet Android ? Après tout Android repose sur le système GNU/Linux, tout comme Sugar.
Difficile de répondre sans entrer dans une discussion (voire même un débat) technique. Mais en synthèse la réponse est : NON Sugar ne peut pas fonctionner sur Android. Je vais essayer de vous l’expliquer simplement en utilisant l’architecture schématique comparée de Sugar et d’Android.

 Couche   Sugar   Android 
 Application  Activités  Android App
 Langage  Python  Java
 API  Gtk  Android Application Framework
 Fenêtrage  X-Window / Gnome  Android Runtime librairies
 Système  GNU Linux  GNU Linux

Si la couche basse (GNU Linux) est effectivement commune entre les deux environnements Sugar et Android, ni le système de fenêtrage, ni le framework graphique, ni le langage de développement ne correspondent. N’est-il pas possible de « porter » ces différentes couches qui manquent à Sugar pour s’exécuter sur Android ? Si en informatique tout est toujours possible et qu’il existe même des tentatives de portage (par exemple pour Python), il faut se rendre à l’évidence: l’effort de « portage » serait plus important que la réécriture complète de Sugar et de ses activités pour Android. Cela n’a donc aucun sens.

Mais alors comment faire fonctionner Sugar sur Android ? Doit-on décider que c’est impossible ? Reconsidérons le problème par le haut du tableau ci-dessus: peut-on faire fonctionner des activités Sugar sur Android ? Depuis un peu plus d’un an, il est possible d’écrire des activités pour Sugar sans utiliser Python et Gtk. Cela est possible car une partie des fonctionnalités de Sugar est accessible en HTML5/JavaScript depuis le composant WebKit intégré à Sugar. J’ai participé à cette initiative lors du dernier Google Summer Of Code avec mon stagiaire Suraj. La dernière version de Sugar, Sugar 0.100 intègre maintenant nativement cette possibilité. Du coup il est aussi possible de faire fonctionner les activités Sugar écrites en HTML5/JavaScript dans un navigateur, y compris le navigateur d’Android.
Mais faire fonctionner une activité n’est pas faire fonctionner Sugar et son interface, son journal, la collaboration, …

J’ai donc décidé d’aller plus loin et d’être plus ambitieux: pourquoi ne pas imaginer de faire fonctionner Sugar sur TOUTES les machines sur TOUS les systèmes d’exploitation n’importe où dans le monde ?

Sugarizer sur une tablet Android et sur la XO Tablet

C’est l’objectif de Sugarizer.

Sugarizer reprend l’implémentation du Sugar Web Framework qui permet d’exécuter une activité dans le navigateur mais il y rajoute le chainon manquant: l’interface graphique de Sugar et le choix des activités, la personnalisation, le journal et bientôt la collaboration. Mieux: grâce à l’outil PhoneGap/Cordova, Sugarizer est disponible dans un navigateur mais aussi sous forme d’une véritable application Android.

Sugarizer

De plus, grâce au travail déjà effectué sur le support natif des activités Sugar Web, Sugarizer intègre déjà une quinzaine d’activités Sugar écrites en HTML5/JavaScript.

Sugarizer n’est encore qu’une version beta mais il donne déjà le goût de Sugar. Et mon objectif est de le faire évoluer pour être encore plus prêt de Sugar, en réécrivant certains mécanismes mais aussi en réconciliant petit à petit Sugarizer et Sugar car je n’ai pas vocation à créer un fork de l’original.

On ne peut hélas pas donner un XO à tous les enfants mais si vous êtes développeur et que vous voulez m’aider, avec Sugarizer nous pourrons faire bénéficier de Sugar tous les enfants du monde. Rendez-vous sur Github !

XO-4: Le XO ultime

Le XO-4 est la dernière génération de l’ordinateur XO : le fameux ordinateur vert de la fondation OLPC. Comme pour les précédentes mises à jour de l’ordinateur (voir notre article sur le XO 1.5 et notre article sur le XO 1.75), il s’agit d’une mise à jour matérielle qui ne change pas le « form factor » de la machine. Autrement dit, à part pour un œil averti, rien ne distingue réellement le XO-4 d’un autre modèle. Pourtant comme nous allons le voir, plusieurs améliorations font de ce nouveau modèle une machine réellement aboutie.

Vue générale du XO-4

Où peut-on en voir ?

Le XO-4 a été annoncé officiellement en Janvier 2013 au CES même si sa sortie a été largement masquée par l’annonce simultanée de l’horrible XO Tablet.
Les premières livraisons de l’ordinateur ont eu lieu dans le courant de l’année 2013 et selon les données de production de la fondation il a déjà été livré à plusieurs milliers d’exemplaires sur différents déploiements: Australie, Uruguay ou Mexique par exemple.

Afin de ne pas décevoir certains lecteurs, disons tout de suite que le XO-4 n’est pas disponible à la vente pour des particuliers. Seules des organisations ou des gouvernements souhaitant réaliser un déploiement peuvent en faire l’acquisition auprès de l’association OLPC à Miami. Et encore sous réserve qu’ils soient disposés à en acquérir au minimum 100 exemplaires et accepter les conditions de ventes drastiques qui l’accompagne (paiement à la commande, livraison par bateau depuis la Chine, pas de revente, pas de retour en cas de défaut, …).

Ces dispositions s’appliquant hélas aussi pour OLPC France, c’est grâce à nos amis d’Unleash Kids que nous avons pu disposer du modèle que nous avons utilisé pour le test.

Une machine à option

L’ordinateur XO a toujours été adapté aux déploiements. Ainsi il existe pas moins d’une trentaine de claviers différents: du banal QWERTY aux plus exotiques claviers Népalais, Arméniens ou Urdu.

Depuis le XO 1.5, la fondation OLPC a décidé de permettre également d’adapter les autres composants de la machine aux besoins des déploiements. Le XO-4 est ainsi configurable de différentes manières:

  • Forme de clavier: disposition des touches (comme décrit ci-dessus),
  • Type de clavier: à membrane ou à touches « standard »,
  • Ecran: Tactile ou non,
  • CPU: Fréquence d’horloge de 1 ou 1,2 Ghz,
  • RAM: De 1 à 2Go,
  • Stockage: de 4 à 8Go,
  • Réseau: WiFi seul ou WiFi + Bluetooth,
  • Batterie: 2800 ou 3000 mAh.

C’est au moment de la commande que le matériel est configuré selon la demande. Le prix dépendant bien sûr de la configuration choisie: il n’y a aucune communication officielle sur le sujet mais selon nos informations il se situerait entre 150 et 300$.

A côté de ces caractéristiques variables, d’autres caractéristiques sont fixes:

Processeur: il s’agit d’un processeur ARM Dual Core de type Marvell PXA2128. Il contient une carte vidéo intégrant l’encode/décodage de la vidéo HD 1080p et un moteur 3D Open GL ce qui permet d’avoir de très bonnes performances graphiques. Par ailleurs, la machine est désormais fournie avec un port micro-HDMI. Fini donc les bricolages USB/S-VGA que nous réalisions jusqu’à présent pour rétro-projeter le contenu de l’écran.

Le port HDMI

Entrées/sorties: 2 ports USB sont présents (le 3ème a disparu au profit de la prise HDMI) ainsi qu’un port casque et d’un port micro qui peuvent être utilisés pour effectuer des mesures physiques. Tous ces ports sont cachés derrière les « oreilles » de manière à ce que l’ordinateur soit protégé de l’humidité et de la poussière lorsqu’il est fermé.

Les ports du XO

Port Carte SD: La mémoire de stockage est de la mémoire flash (pas de disque dur). Elle est extensible via un port pour carte SD accessible sous l’écran ou, comme pour le XO 1.75, par un port microSD situé sur la carte mère (il faut donc démonter la machine pour y accéder).

Vidéo/Audio: La caméra n’a pas bougé depuis le premier modèle, il s’agit d’une caméra de 640×480. Le XO-4 intègre aussi 2 haut-parleurs stéréo et un micro, le tout disposé autour de l’écran.

Indicateurs: Pas de changement non plus du côté des indicateurs lumineux présents machine ouverte ou fermée pour indiquer l’état de la batterie, le WiFi et l’alimentation.

Accéléromètre: Amusant, le XO-4 dispose d’un accéléromètre qui peut être utilisé dans un but ludique.

Test de l'accélérateur

Si vous êtes intéressés, les spécifications technique détaillées sont accessibles ici.

L’écran

Depuis le premier modèle, l’écran du XO est pivotable. Il permet donc d’utiliser la machine en mode « e-book »: le clavier sous l’écran.

Ouverture du XO

Mais dans ce mode on ne pouvait pour l’instant interagir avec l’ordinateur qu’à travers les touches disponibles sur le côté de l’écran: essentiellement des touches de déplacement, par exemple pour changer de page dans un e-book.

La particularité du XO-4 est évidemment la possibilité de disposer d’un écran tactile. Concrètement la fondation a ajouté une bordure tactile infra-rouge, produite par la société Neonode qui se superpose à l’écran standard de la machine. Le principe de cette bordure tactile est de détecter une rupture de faisceau infrarouge horizontale et verticale pour déterminer qu’un ou plusieurs doigts (ou pointes de stylets) sont présents. Comme l’explique la fondation sur son blog, une solution tactile infra-rouge a été privilégiée à une solution tactile de type capacitif ou résistif (qu’on trouve sur nos écrans de tablets/smartphones) car elle ne nécessite pas d’ajouter une couche supplémentaire sur l’écran actuel. Ainsi, les propriétés exceptionnelles de l’écran du XO (lisibilité en plein soleil, écran dual-mode, faible consommation, résistance) restent présentes même en version tactile.

Lorsqu’on l’on regarde l’écran du XO-4 on peut observer cette bordure tactile car une légère épaisseur noire entoure l’écran.

Vu sur les capteurs infra-rouge

Autre avantage important de la technologie Infra-rouge, la réparation d’un écran cassé est grandement facilitée. Si l’écran se casse, il suffit de remplacer par un écran neuf ou provenant d’un ancien modèle de XO en conservant la bordure infra-rouge pour disposer d’un nouvel écran… tactile.

Démontage de l'écran tactile

Côté logiciel

Le XO-4 est livré en standard avec la distribution OLPC 13.2.0, il s’agit du packaging pour le XO de la version 0.98 de Sugar. C’est précisément depuis cette version que Sugar supporte le mode tactile. La totalité de l’interface est accessible sans utiliser la souris.

Manipulation des menus

Les manipulations tactiles se font naturellement dans Sugar, trois adaptations principales ont néanmoins été réalisées:

  • l’appui long permet de déclencher l’affichage du menu d’un icône alors qu’avec la souris il suffisait de passer sur l’icône,
  • L’ouverture du cadre Sugar se fait par un petit geste sur le bord de l’écran (plutôt qu’en passant la souris sur les bords),
  • En mode e-book un clavier virtuel apparait automatiquement sur les zones saisissables.

Clavier virtuel

Toutes les activités Sugar fonctionnent sans difficulté avec l’écran tactile et sont même étonnement efficaces (voir notre galerie photo). Il faut dire que l’utilisateur cible de Sugar étant un enfant, l’interface a plutôt tendance à proposer des éléments de grande taille à l’écran.

Quelques applications ont été réalisées spécifiquement pour bénéficier de l’interface tactile. On remarquera en particulier l’activité Music Keyboard développée par Gonzalo Odiard qui permet de jouer comme sur un clavier de piano.

Un piano tactile pour le XO

Grosse nouveauté côté logiciel, la fondation OLPC a également indiqué que la machine serait disponible sur Android en dual boot avec Sugar. Une première implémentation est d’ailleurs disponible sur le wiki OLPC ici. Il s’agit néanmoins d’une implémentation partielle (très très lent, pas de support des entrées/sorties, de l’USB, du touchpad, …).
Cette décision fait probablement suite à diverses demandes des déploiements (qui ne comprennent pas toujours ce qu’est Sugar) et aussi à la volonté de la fondation d’uniformiser le système présents sur le XO avec celui de la XO Tablet.

(Photo: Sameer Verma)

(Photo: Sameer Verma)

Conclusion

Nous sommes vraiment emballés par ce nouveau XO-4. Et pour cause: il cumule tous les avantages de l’ordinateur XO « ancienne génération » en lui apportant un écran tactile qui renouvelle réellement l’intérêt de la machine et qui lui manquait pour faire jeu égal avec les nouveaux ordinateurs/tablets du marché.
Mieux: à la différence de la XO Tablet ces nouveautés se font sans concession par rapport à la cible première du projet OLPC: les pays en voie de développement. Bref, le XO-4 est vraiment le XO ultime dont on rêvait. On a hâte de le voir dans les mains des enfants !

A noter que d’autres photos de la machine sont disponibles ici.