Retours d’expériences éducatives uruguayennes

L’actualité récente du projet One Laptop Per Child dans les pays du Cône Sud (Uruguay, Argentine) et en particulier en Uruguay, est riche, avec notamment la parution de deux ouvrages et d’un documentaire vidéo relatant les expériences de la mise en oeuvre du Plan CEIBAL dans les écoles primaires et les établissements secondaires d’Uruguay, tant dans l’enseignement général que dans l’éducation spécialisée, à destination d’élèves vivant avec des handicaps divers.

Mobilisation sociale pour le Plan CEIBAL

Le premier ouvrage est une compilation d’un collectif de 30 auteurs de différents pays, impliqués dans des activités sociales de soutien de projets « Un ordinateur par enfant » en Uruguay et dans le monde.

Ce projet poursuit différents objectifs :

  • Divulguer. Faire connaître quelques-uns des groupes issus de la société civile, qui ont commencé à s’organiser et à  travailler pour exploiter au mieux les nouveaux instruments mis à disposition par les projets 1 à 1.
  • Réfléchir. Analyser les enseignements tirés et les évaluations réalisées, notamment du point de vue de l’impact social obtenu. Apprendre à partir des expériences des enseignants ayant intégré ces réseaux. Penser à l’avenir de ce projet.
  • Sensibiliser. Mettre l’accent sur l’importance et le potentiel des réseaux de mobilisation sociale impulsés par les TIC. Souligner la nécessité de les écouter de manière active et de les soutenir.
  • Inspirer. Encourager l’élargissement des domaines de participation. Malgré l’existence de nombreux groupes, la carte de la mobilisation sociale semble avoir commencé à se structurer, tout en laissant un espace et un désir d’espaces d’action plus présents quantitativement et qualitativement.
  • Unir. L’effort requis pour créer une mobilisation sociale est considérable. Partager les expériences des différents groupes peut aider à en tirer des enseignements et à mettre en place des canaux de communication afin d’unir leurs forces.

Movilización social para Ceibal. Miradas al contexto nacional e internacional de proyectos de un computador por niño [Mobilisation sociale pour le Plan Ceibal. Regard sur le contexte national et international des projets « Un ordinateur par enfant »]. Collectif, Günther Cyranec (éd.), Pablo Flores. Montevideo, 2010 : UNESCO. 237 p.

* Source
* Téléchargement
* Sommaire

TIC et éducation spécialisée

L’OEI (Organización de Estados Iberoamericanos para la Educación, la Ciencia y la Cultura / Organisation des Etats Latino-Américains pour l’éducation, la science et la culture), vient de publier une étude sur le projet CEIBAL d’Uruguay :
Laptop, andamiaje para la educación especial. Guía práctica computadores móviles en el currículo [L’ordinateur portable, étayage pour l’éducation spécialisée. Guide pratique des ordinateurs portables dans le curriculum]. Montevideo, 2011 : UNESCO/CREATICA/Plan CEIBAL. 307 p. ISBN : 978-92-9089-151-2.

* Source
* Téléchargement

Les auteurs de ce guide, Roxana Elizabeth Castellano et Rafael Sánchez Montoya, s’intéressent à un projet placé sous l’auspice de l’Unesco, donnant une orientation théorique et pratique large pour les éducateurs spécialisés, dans leur utilisation des TIC. Les auteurs s’appuient sur des exemples faisant appel à des ordinateurs portables et à leur environnement d’apprentissage XO de la Fondation OLPC. Chacune des huit unités de cet ouvrage poursuit une interrogation centrale, qui constitue le fil directeur de la didactique.

Les deux premières unités, concernent un premier axe thématique : « Développer le potentiel des enseignants et des élèves » :
* Unité 1. Ordinateur portable, intelligence et cerveau
* Unité 2. Recherche d’expériences cristallisantes

L’axe thématique « Microprojets : un axe intégrateur du curriculum » consacre les unités trois à huit à l’approfondissement de la question des objectifs des différents domaines dans le curriculum.

* Unité 3. Autonomie, sensomotricité et capacités sociales
* Unité 4. Communication et langage
* Unité 5. Domaine des mathématiques
* Unité 6. Domaine de connaissances de l’environnement naturel et social
* Unité 7. Domaine de connaissances artistiques
* Unité 8. Itinéraires en fonction des besoins éducatifs spécialisés

On trouvera dans cet ouvrage une illustration de l’utilisation des activités Sugar dans l’élaboration de cursus adaptés aux besoins de l’éducation spécialisée.

Documentaire « A Laptop Per Child – Uruguay »

La réalisatrice uruguayo-autrichienne Julieta Rudich a réalisé un documentaire sur le programme CEIBAL en Uruguay. Diffusé sur la chaîne de télévision autrichienne ORT, ce documentaire est disponible en anglais (avec une transcription disponible ici).

Image de prévisualisation YouTube

La Lune vue du XO : le téléscope voyage !

En septembre dernier nous vous faisions part du formidable travail de La main à la pâte sur l’adaptation d’un petit téléscope pour le XO et sur son usage pour une initiation à l’astronomie. Lors du deuxième SugarCamp, nous avons eu l’honneur de recevoir Pierre Léna, co-fondateur de La main à la pâte, venu faire le point avec nous sur ce projet.

Pierre Léna est revenu sur ce qui a motivé cette idée, sur les aspects techniques de la conception du mini-téléscope et sur les activités pédagogiques imaginées autour. Celles-ci sont détaillées dans une présentation d’Emmanuel Di Folco disponible en ligne (ici pour la version anglaise.)

Ce projet est original à plus d’un titre. D’abord parce que La main à la pâte privilégie d’ordinaire le contact direct avec la nature, plutôt que sa représentation à l’aide d’un instrument. Ensuite parce qu’il est prévu de donner une suite à ce projet en Uruguay, et ces lunettes seront peut-être très largement distribuées.

Alex Kleider présentant le téléscope sur le XO

La discussion qui a suivi l’exposé a justement abordé la manière dont La main à la pâte et OLPC encourageaient les possibilités de collaboration entre professeurs, à l’échelle d’un pays et à celle de la planète – un défi que La main à la pâte et OLPC ont en partage, mais auquel les deux initiatives répondent de manières très différentes.

La main à la pâte nous a généreusement donné un prototype fonctionnel de ces lunettes, qui a été remis à Daniel Drake en récompense de ses contributions lors du second SugarCamp. Alex Kleider, volontaire d’OLPC, a ensuite acheté cinq autres lunettes et trouvé le moyen d’adapter le support fabriqué par La main à la pâte pour fixer ce nouveau modèle au XO.  Si vous souhaitez obtenir des lunettes de ce type (pour moins de 65$ + livraison), n’hésitez pas à nous écrire.

Ces cinq autres lunettes ont été remises comme prix lors du sommet de San Francisco, fin octobre. Les heureux bénéficiaires sont : Sameer Verma, pour son organisation du sommet, Daniel Drake et Gary Martin, pour leurs contributions à l’activité Sugar Moon, Kevin Gordon, SJ Klein, pour remercier OLPC Foundation du soutien accordé à ce sommet, et Laura de Reynal, membre d’OLPC France, qui pourra présenter ces autres lunettes à l’association.

C’est aussi lors de ce sommet que le gouvernement de Californie a déclaré que le 22 octobre serait désormais un « jour OLPC » (OLPC day). Le téléscope figure à côté de cette déclaration !

La déclaration "OLPC day" (le 22 octobre) et le téléscope de La main à la pâte sur le XO

La déclaration "OLPC day" (le 22 octobre) et le téléscope de La main à la pâte sur le XO

Ci-dessous la vidéo complète de la présentation faite par Pierre Léna :

http://www.dailymotion.com/video/xm2s3v

Voir aussi la petite interview d’Alex Kleider lors du sommet OLPC San Francisco:

A suivre !

Le SugarCamp 2011 comme si vous y étiez

Le SugarCamp 2011 c’était deux jours de conférences, d’échanges, de partages, de hacking et de convivialité dans le cadre prestigieux du Carrefour Numérique de la Cité des Sciences. A travers les vidéos, compte-rendus et photos ci-dessous, revivez cet événement inoubliable comme si vous y étiez.

Jour 1: Conférences

La première journée était réservée à un ensemble de conférences.

Après une brève introduction de Lionel, la première conférence proposait une table ronde sur les déploiements OLPC animée par Bastien. Participaient à cet échange, par ordre d’apparition: Tony Anderson (concernant le Rwanda), Christoph Derndorfer (concernant l’Uruguay), Jonathan Ragot (concernant Madagascar), Mitchell Seaton (concernant Philippines).

http://www.dailymotion.com/video/xm2s8i

La deuxième conférence animée par Pierre Léna de l’Académie des sciences présentait le projet XO Telescope permettant d’observer la Lune avec le XO et une lunette adaptée.

http://www.dailymotion.com/video/xm2s3v

La troisième conférence animée par Xavier, Jonathan et Stéphane présentait le projet que mène OLPC France depuis 3 ans sur l’ile de Nosy Komba au large de Madagascar.

http://www.dailymotion.com/video/xm2s6o

En début d’après-midi, Sean présentait en avant-première les images du nouveau site du SugarLabs.

http://www.dailymotion.com/video/xm2rzk

La première conférence de l’après-midi concernait le projet de développement d’une activité autour de la nutrition mené en partenariat entre Danone Research et OLPC France. La conférence était présentée par Jean-Michel Antoine Directeur Expert Nutrition et Stefanie d’OLPC France.

http://www.dailymotion.com/video/xm2zmd

La dernière conférence de cette journée proposait une présentation de l’activité de création multimédia « A toi de jouer » développée en partenariat entre le Fondation Carla Bruni Sarkozy et OLPC France. La conférence était animée par Bastien et Florent.

http://www.dailymotion.com/video/xm2zri

Jour 2: Barcamp

La deuxième journée était une journée de hacking où les différents participants travaillaient sur des thèmes différents.

Daniel Drake, Raul Gutierrez et Simon Schampijer – travail sur hippocanvas

Daniel Drake, Raul Gutierrez et Simon Schampijer ont refactorisé une partie du code de Sugar pour ne plus dépendre d’un composant nommé hippocanvas. C’est un prérequis pour utiliser un jour la librairie graphique GTK3, laquelle est essentielle pour l’avenir de Sugar.  De grands progrès ont été accomplis dans le week-end, et le code sera bientôt inclus dans Sugar.

Pour en savoir plus, voir ici

Christoph Derndorfer – rassembler des contenus pour Haiti

J’ai passé le week-end à travailler sur des contenus pour les efforts en cours à Haïti.  Deux résultats tangibles : une page d’information pour les parents et les enseignants et un petit bundle .xol avec quelques photos de Paris disponibles sous licence libre sur flickr [Note: Depuis, Bastien a signalé les photos d’Haïti disponibles sur Wikimédia Commons].  Mitch (du projet eKindling aux Philippines) m’a fait quelques retours sur la page d’information, que j’ai ensuite envoyée à l’équipe en Haïti.  Au sujet du bundle .xol, je voulais surtout savoir combien de temps ça prendre de trouver des photos appropriées et de les packager dans un environnement qu’on peut utilisé hors connexion.

Bastien Guerry – mettre en forme le Guide OLPC Deploiment 2011

Le wiki d’OLPC donne accès à une version PDF du guide de déploiement 2011. J’ai pris ce guide, je l’ai converti du PDF en texte brut, structuré ce texte en fichiers et sections avec org-mode, puis stocké ces fichiers dans un dépôt git.

À partir de ce dépôt, j’ai découpé le guide en petits fichiers (un pour chaque section) et, du coup, c’est facile de les exporter en fichiers mediawiki ou .odt; les premiers (mediawiki) permettront de mettre à jour le guide sur le wiki d’OLPC (voir cette page), les seconds (.odt) permettront de distribuer le travail de traduction.  L’expérience nous a montré qu’il est plus facile pour nos membres de traduire à partir de fichiers .odt qu’à partir d’un wiki.

Comme le dépôt git utilise org-mode, vous pouvez exporter en HTML, ce qui est utile si vous voulez mettre à jour et publier régulièrement le guide. La version HTML peut aussi être accompagnée de commentaires (en utilisant des services comme disqus.)

J’ai aussi montré comment l’export PDF d’un fichier .org permet d’avoir de la coloration syntaxique de code Python – en utilisant Org, LaTeX et pygments (voir par exemple ce PDF.)

Florent Pigout – Aide pour démarrer une nouvelle activité

J’ai écrit un outil simple qui aide à démarrer des projets d’activité. C’est basé sur la commande `paster create` et génère la structure de base d’une d’activité en fonction de modèle prédéfinis (pygtk, pygame…)

Voici comment installer l’outil « creativity » :

~$ git clone git://git.sugarlabs.org/creactivity/creactivity.git
~$ cd creactivity
~$ python setup.py develop

Dans Pipy: =pip install -U creactivity= devrait suffir.

N’hésitez pas à m’écrire pour plus d’information et de conseils.

En marge du SugarCamp, les participants ont également pu observer un prototype de XO 1.75 avec un écran tactile.

http://www.dailymotion.com/video/xla6sa

Vous trouverez enfin ci-dessous un ensemble de photos de l’événement.


Created with Admarket’s flickrSLiDR.

Pour finir, un grand merci à La Cité des Sciences pour nous avoir accueilli, à la fondation OLPC et à l’AFUL pour leur soutien sur cet événement.
Un grand merci également à l’équipe d’organisation notamment Kevin, Bastien, Jonathan, Laura et Lionel.
Merci aussi à Pierre Varly et Mohammed Miloudi pour le montage des vidéos.

La Lune vue du XO, c’est possible en mettant… La main à la pâte

Nous laissons la place aujourd’hui sur ce blog à Frédéric Kapala qui nous présente l’expérimentation réalisée pour observer la Lune avec le XO. Un beau projet dont nous aurons l’honneur d’avoir une présentation au SugarCamp 2011 par Pierre Léna, de l’Académie des sciences.

Emmanuel Di Folco pilote pour « La main à la pâte » un projet d’observation de la Lune avec les XO OLPC. Ce projet, avant d’être mis en œuvre en Uruguay à l’automne 2011, devait subir une première phase de test dans une école française. C’est de cela dont il est question ici.

Le cœur « instrumental » de l’opération est constitué par un XO (15 XO mis à disposition par OLPC France) dont la webcam est équipée d’une monture pouvant accueillir un monoculaire (photo 1) ou une demi-jumelle (photo 2).

Photo 1


Photo 2

Un logiciel spécialement conçu pour l’occasion, xoscope, permet d’opérer différents réglages (gain, saturation, luminosité, contraste…).

C’est à Trenal, dans le Jura, près de Lons-le-Saunier que la phase de test a été menée dans la classe de cycle 3 à cours multiple (CE2-CM1-CM2) de Laurent Cretin. Les 6 séances ont été élaborées et animées en collaboration avec deux formateurs sciences du site de Lons-le-Saunier de l’IUFM de l’Université de Franche-Comté, Frédéric Kapala et Patrick Marcel. Nous devons aussi remercier deux collègues du site de Besançon-Montjoux de l’IUFM de l’université de Franche-Comté pour leur aide et l’intérêt manifesté, Christian Tissier et jean-Paul Fallot.

L’idée était de modifier une séquence d’enseignement « classique » sur les phases de la Lune pour pouvoir y intégrer les séances avec le dispositif XO, de préparation à l’observation et d’observations. Un blog créé pour l’occasion retrace dans le détail cette expérience : http://olpcastroc3trenal.blogspot.com/

Malgré une météorologie capricieuse en cette fin juin qui nous a empêché de réaliser les observations que nous espérions, les séances dédiées à la prise en main, au réglage et à l’utilisation du dispositif d’observation ont été pleines d’enseignements.

Nous n’approfondirons pas ici les aspects didactiques de la séquence ; cependant il est important de noter que l’utilisation du XO ne révolutionne pas les apprentissages en jeux, et que l’introduction du dispositif porte son lot d’obstacles ; au cours de la séquence, par soucis de cohérence didactique et compte tenu de notre calendrier et de nos conditions d’observation, il a fallu avoir recours à Stellarium (malheureusement non disponible sous Sugar) ainsi qu’à des documents iconographiques de qualité.

Stellarium

Malgré cela, ce dispositif permet d’aborder la question de l’instrumentation scientifique, des paramètres et des conditions de l’observations dans une logique d’assistance informatisée. Par ailleurs, les potentialités intégrées de l’outils pour écrire, partager, communiquer sont indéniables. Enfin, on peut faire l’hypothèse que dans le cadre d’une utilisation sur le long terme, et non ponctuelle comme cela était notre cas, les obstacles instrumentaux tendraient à s’amenuiser.

La prise en main du XO par les élèves ne pose pas de problèmes et est très rapide. Les réglages nécessitent du temps, et la visée avec le monoculaire par les enfants semble très difficile, voire impossible ; en revanche, la jumelle s’avère assez facilement manipulable.

Même si lors de séances en classe les élèves comprennent l’intérêt des différents réglages, il a été difficile de les mettre en application dans nos situations d’observation : fenêtre de visibilité réduite dans le temps et l’espace (météo, environnement…).

Le système de journal pour le stockage des fichiers n’est pas très pratique pour retrouver les images produites par xoscope ; des améliorations logicielles sont attendues.

In extremis à la dernière séance certains élèves ont pu faire un cliché de la Lune…

Nous verrons à la rentrée ce qu’il sera resté de tout cela après deux mois de vacances !

En bonus, une prise de nuit le 14 juin 2011 quand je m’appropriais le matériel !

Visualiser le développement de Sugar

Sugar est la plate-forme éducative libre développée par la communauté Sugar Labs.  Cette plate-forme, disponible via de nombreuses distributions GNU/Linux, est principalement développée dans le langage de programmation Python, connu pour être facilement pris en main par les débutants.   Sugar est aussi disposnible sous forme de clef USB amorçable, cette mouture s’appelant Sugar on a stick.

Sugar utilise le système de gestion de versions distribuées git.  Ce système facilite la collaboration des développeurs.  Gource est un logiciel libre permettant de visualiser cette collaboration : gource crée un petit film où vous voyez les personnes modifier le code, ajouter des fichiers dans les répertoires, modifier la structure d’ensemble du projet, etc.

Nous avons voulu voir à quoi ressemblait le développement d’une activité en particulier, l’activité Ecrire :

Nous avons aussi voulu voir à quoi ressemblait le développement des core modules, les éléments fondamentaux de Sugar (sugar, sugar-base, sugar-datastore, sugar-toolkit, sugar-presence-service, sugar-artwork) : nous avons donc récupéré le dépôt git de Marco Pesenti Gritti qui fusionne ces éléments et produit ce petit film :

Mine de rien, essayer de comprendre ces deux petits films, c’est essayer de comprendre l’histoire de Sugar et de cette plate-forme.  Le premier film montre par exemple comment l’arrivée d’Aleksey Lim dynamise d’un coup le développement de l’activité.  Il montre aussi l’intervention de Samy, le « chief translator officer » d’OLPC France :)  Il montre surtout l’omnipresence de Tomeu.

La deuxième vidéo montre les restructurations successives, le tout allant vers une plus grande simplification.

Dans l’ensemble, tout cela signifie que Sugar est un projet bien vivant.  Enjoy!

Liens vers les fichiers source / link to the source files :

Edition numérique : les convergences

L’édition numérique devient un sujet central et un point de convergence pour plusieurs secteurs d’activité. Ce constat résulte d’un faisceau d’indices concordants : l’enrichissement de l’offre de livres électroniques, l’émergence d’ordinateurs de type tablette numérique, la maturation des projets d’informatique éducative, en particulier dans les pays en développement.

La pertinence des questionnements qui sont suscités par ces évolutions est illustrée, dans l’actualité immédiate, par les événements suivants :

Une journée d’étude

Le 3ème BookCamp, une journée d’ateliers consacrée au livre numérique, sera organisé à Paris, le 25 septembre 2010, dans les locaux de La Cantine.

« L’idée de cette journée est de proposer une demi-journée d’expérimentations et de réflexions autour du livre et du numérique. Une série d’ateliers « main à la pâte » pour mieux partager les impacts de l’innovation numérique sur la chaîne du livre. Une occasion de rencontre et d’échanges entre bibliothécaires, libraires, éditeurs, auteurs, critiques et lecteurs avec pour mot d’ordre, « tous participants ». »

Un manuel pour produire des livres numériques

Rédigé par James Simmons, le manuel « Reading and Leading with Sugar » (version PDF provisoire) a pour ambition de démocratiser la lecture et la production des livres électroniques, notamment sur la plate-forme pédagogique Sugar du  Sugar Labs, dans le contexte de l’extension du projet éducatif OLPC, auquel plus d’un million d’enfants des pays en développement ont désormais accès.

L’édition numérique dans les pays du Sud

Un appel d’offre (en français et en anglais) coordonné par l’Alliance internationale des éditeurs indépendants, concernant la réalisation d’une étude sur l’édition numérique dans les pays du « Sud » a été ouvert. Les propositions de projets sont à  remettre à l’organisateur pour le 29 août 2010 ; le comité de sélection rendra son avis le 20 septembre 2010.

Clairement, les synergies de cette thématique des livres numériques avec les projets de bibliothèques numériques des communautés Sugar/OLPC de par le monde, et, en particulier, avec les projets de bibliothèques numériques auxquels participe OLPC France (comme notre partenariat avec l’éditeur malgache Prédiff, qui a donné lieu au premier livre jeunesse malgache en numérique), sont évidentes.

Cette thématique est en effet à replacer dans le contexte de la sortie prochaine de la tablette XO 3, pour laquelle il faudra trouver des contenus à proposer aux déploiements OLPC, notamment dans l’espace francophone, en Afrique, dans les Antilles, l’espace Océan indien et ailleurs.

La route est longue mais la voie est libre !

Alerte ! le projet éducatif OLPC est sur le point d’échouer !

Comment cela est-il possible ? Et cela n’est-il pas paradoxal, alors que nous ne cessons, à OLPC France, de nous faire l’écho des avancées de ce projet éducatif dans le monde, en particulier dans ce blog !

L’échec, paradoxalement, c’est quand on est à deux doigts de réussir, mais que, pour diverses raisons, on imagine que tout est gagné, ou que les autres vont prendre le relais et faire aboutir un projet !

Or, nous sommes engagés dans des projets éducatifs ! Ceci implique une action sur la durée, et la participation d’acteurs divers dans les écoles et autour : communautés villageoises, communautés d’enseignants, familles, enfants, communautés de développeurs, etc. L’action de chacun, même à distance et en amont ou en marge des classes dans lesquelles les ordinateurs éducatifs sont utilisés est primordiale.

D’ailleurs, côté développement logiciel, l’effort ne faiblit pas, comme le montrent les dernières annonces :

*Announce: OLPC software strategy

*Announcing the OLPC OS 10.1.1 final release!

A l’autre « bout de la chaîne », c’est aussi la même mobilisation, par exemple, dans l’actualité récente :

* au Rwanda : Teachers Capacity Building kickoffs OLPC implementation in Rwanda

* en Uruguay : Ceibal high-school project update

* en Argentine, au Paraguay : « Con un procesador más rápido no se aprende más rápido »

* au Chili : Experiencia piloto de Sugar en Macul

* etc. (voir la Revue de presse sur le wiki OLPC France)

Ce ne sont que des exemples, mais ils sont significatifs du dynamisme des actions entreprises.

Par conséquent, l’échec menace quand on croit avoir suffisamment avancé. Deux exemples, parmi les actions de notre petite association OLPC France :

Le projet CLIS Mornant

CLIS Mornant

Nosy Komba

Nosy Komba

et Préparation du debrief Nosy Komba

Chacun de ces projets a besoin d’aide, de votre aide ! Pour que chacun de ces essais soit transformé en succès !

Vous trouverez quelques indications sur les possibilités de contribution à la rubrique « Contribuer au projet OLPC » du wiki OLPC France. A bientôt !

[Mornant] Des soucis et des pistes


XO-1 dans la Clis de Mornant : un point sur l’expérimentation

Le projet concernant une classe française est moins exotique que celui de Nosy Komba, à Madagascar… Mais il permet, là aussi, d’entrevoir les apports et les difficultés induits par l’utilisation du XO dans une classe réelle.

Dans la classe, le XO est devenu un compagnon des élèves. Il est léger, maniable et solide.
Les ordinateurs sont en libre-service. Chaque groupe de deux élèves s’organise comme il veut. Il faut gérer les moments où les deux veulent l’utiliser. D’autant plus qu’il y en a un en panne et qu’il faut alors accueillir d’autres demandes d’utilisation.

Deux élèves travaillent sur un XO
Deux élèves travaillent sur un XO.

Cela va faire 6 mois que les élèves de la Clis utilisent des XOs. Ils maîtrisent de mieux en mieux les fonctions de base (gérer les fichiers dans le Journal, utiliser les différentes commandes et vues de Sugar…) et les Activités courantes :
http://clismornant.free.fr/spip.php?article557

Avec très peu de directives de ma part.

Ils s’en servent pour jouer et pour aller librement sur Internet (mettre à jour le site de la classe et chercher des informations). La connexion internet de l’école est filtrée par l’Académie, mais, en plus, je leur apprends à être responsable de leurs requêtes (clics sur des liens pré-définis, ou avec mon approbation, après un questionnement sur leur cheminement et leur demande). Je leur dit régulièrement que le XO est un outil qui peut les aider à mieux apprendre, même avec les Activités très ludiques. Par contre, nous n’oublions pas de faire des activités en vrai (manipulations d’objets, jeux de sociétés…) : les enfants, surtout ceux en difficulté, ont besoin de se confronter aussi à la matière et aux objets.

Les logiciels les plus utilisés : Naviguer, Mémoriser (avec créations d’exercices), Physics, Parler, Écrire, Enregistrer (des photos et des vidéos), FotoToon, GCompris, Maze, Implode, Horloge (et GCompris Clockgame), TamTamMini…

FotoToon : 2 photos annotées avec des bulles
FotoToon : 2 photos annotées avec des bulles. Un élève a fait un reportage, à partir des photos du XO. Il n’a pas pu corriger le texte dans les bulles.

Il m’arrive de les faire utiliser une même activité, simultanément, pour leur montrer de nouvelles fonctionnalités.

Certains téléchargent directement de nouvelles Activités. Par contre, ils n’en font pas un essai complet et ne persévèrent pas dans leurs tâtonnements de découverte. L’enseignant peut alors les accompagner pour aller plus loin (encore faut-il qu’il en comprenne le fonctionnement…).
Ils partagent facilement leurs nouvelles connaissances et aident volontiers les élèves hésitants, ou règlent les problèmes courants.

Pendant les vacances ou pour les weekends prolongés, certains ont pu l’emporter chez eux (avec un document signé par les parents, pour les aider à en prendre soin, avec des consignes de sécurité). Les « trucs » de dépannage de base étaient acquis : 1) les 4 touches à appuyer pour régler le curseur « fou », 2) le redémarrage forcé, en cas de blocage : extinction en appuyant sur le bouton d’allumage,  jusqu’à l’extinction des témoins lumineux..
Ils étaient fiers de montrer le XO à leur entourage et de devenir l’expert qui fait des démonstrations et qui apprend aux autres.

Mais le plaisir de l’utilisateur est parfois gâché par des problèmes techniques :
– Difficultés de connexion à ïnternet, de partage d’activités (antagonisme avec la connexion Internet et les réseaux maillés).
– Photos difficiles à prendre (Enregistrer) : en plus du manque de viseur, le retard du déclenchement et la photo figée ne correspondant pas à ce qui est enregistré. Donc, beaucoup de photos ratées.
– Pas d’enregistrement audio correct, avec le micro intégré : un élève ne peut pas enregistrer un texte qu’il lit face au XO.
– Enregistrements qui ne se retrouvent pas ou qui ne peuvent pas s’ouvrir à nouveau (par exemple des créations sur Mémoriser). Se méfier quand on reprend un ancien texte : il manque des passages.
– Le curseur qui devient fou. Facile à retrouver avec l’utilisation des 4 touches aux coins du clavier pour le recalibrage. On peut aussi utiliser une souris USB, sans ces problèmes.
– Quand la batterie est vide, le XO s’éteint sans prévenir. On ne peut pas enregistrer le travail en cours avant l’extinction inopinée.
– Quelques manques de traduction française pour certaines activités, mais ce n’est pas trop gênant. De toutes façons, mes élèves ne sont pas encore de vrais lecteurs et ils se débrouillent.
– Mémoire RAM trop juste : il faut régulièrement effacer des entrées du journal et enregistrer les photos sur une clé USB. Cela limite le téléchargement de nouvelles activités.
– Le clavier qwerty n’est pas gênant et les lettres accentuées sont bien trouvées, même si il faut les retravailler sur un PC ou sur un Mac pour les transformer en vraies lettres accentuées, reconnues par les correcteurs orthographiques.
– Nous avons eu un problèmes matériel : 1 XO (sur les 6 prêtés par OLPC-France) est en attente de réparation car il ne s’allume plus.

Tâches de l’enseignant :
Je passe beaucoup de temps à essayer de résoudre les problèmes techniques. Je montre qu’il faut être patient et ré-essayer plusieurs fois la manœuvre…
Mais je ne peux pas tout maîtriser : je suis un « simple » enseignant , pas un informaticien.
Ce n’est donc pas aussi  simple que dans la « pub » !
Les membres d’OLPC-France peuvent facilement et efficacement répondre à des questions, malgré l’éloignement. Mais il me manque une rencontre avec d’autres enseignants pour des découvertes / échanges afin de mettre en commun les utilisations et pour connaître les bases des Activités un peu sophistiquées : la série des TamtTam et les Activités programmables : Turtle art, Pippy, Scratch, Etoys…
Et une formation pour le dépannage : j’ai  démonté un XO et essayé d’utiliser un « Serial Adapter », mais il n’était par reconnu par le type de PC utilisé à l’école…

Dans un déploiement, dans un pays du sud, ou même dans nos pays déjà bien aidés, il faut donc prévoir un accompagnement technique efficace et permanent pour les enseignants.

Dans les semaines à venir, il nous restera la découverte de quelques possibilités de programmation (Turtle art), afin de travailler la logique. Nous essaierons aussi d’utiliser le XO en lecteur (pdf, ePub), avec des fichiers existant ou à créer.

Je suis toujours enthousiaste dans l’utilisation en classe de cet outil, malgré ses imperfections actuelles.

Antoine Michelot

L’Uruguay : combien de divisions ?

On a beau faire peu de cas des compétitions sportives opposant nations contre nations, dans ce qui est devenu un véritable secteur économique, soumis de plus en plus aux lois du business, il n’empêche ! Tirons donc prétexte de ce sujet pour un détournement pédagogique en bonne et due forme : une manière pour l’enseignant de dire « Le foot, on s’en fout mais faisons-en un sujet pour la classe« . Car c’est bien connu, l’occasion fait le larron. L’occasion, c’est donc le match Uruguay-France (le 11/06/2010) lors de la Coupe du Monde de football 2010, en Afrique du Sud. Quant au larron, vous verrez que nous sommes en bien bonne compagnie !

Des complices au bout du monde

En matière de détournement pédagogique, l’Uruguay fait fort. La preuve ? Observons par exemple ce qui se fait dans l’espace pédagogique du très officiel Plan Ceibal.

* Cet organisme qui se consacre à « animer » les 380 000 utilisateurs d’ordinateurs XO dans les établissements primaires du pays (auxquels s’ajouteront au cours des prochains mois 100 000 utilisateurs dans le cycle secondaire), envoie un correspondant Ceibal en Afrique du Sud et – cerise sur le gâteau – lui fait même parler français (« ¿Qu’est-ce que vous voulez? «  »).

* Il organise un jeu prétexte à une vérification des connaissances sur le football.

* Il présente la mascotte Zakumi.

XO et mascotte Zakumi

* Il présente un ensemble d’activités articulées thématiquement autour du Mondial, conçues par une équipe d’enseignants « Dinamizadores Ceibal » du département de Durazno.

* Il annonce le lecteur de médias JAMedia, dont il a été question dans un billet précédent (JAMedia : encore un point pour l’Uruguay !) et qui a défrayé la chronique en suscitant en l’espace de quelques jours l’enthousiasme de nombreux utilisateurs, électrisés par la perspective de suivre le Mondial sur le XO, ce qui a donné l’occasion à Flavio Danesse, son développeur, d’être sollicité pour des entrevues par plusieurs radios et chaînes de TV.

* Il organise un voyage virtuel en Afrique du Sud.

* Il annonce un jeu baptisé « Conozco Mundial« , qui fait partie des nombreuses activités développées par l’équipe du CeibalJAM.

L’Uruguay : premier en quoi ?

A l’heure où nous écrivons ces lignes, nous ignorons quelle équipe l’emportera ! Toutefois, n’est-il pas utile de mieux connaître son vis-à-vis avant une rencontre, qu’elle soit sportive, humaine, ou culturelle ? Alors que pouvons nous apprendre ?

Premier dans les « Sciences for Kids »

Nous apprenons sur le site « Information is Beautiful« que l’Uruguay occupe la première place des pays dans le domaine de la science pour les enfants (document « International Number Ones« ). Voilà qui est sympathique. La France est quant à elle classée première dans la betterave sucrière (Sugar beet), d’après l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO). Autre catégorie, mais sympathique quand même : ainsi, pas de jaloux !

Jolie infographie, mais les données sont-elles exactes ? Sont-elles seulement actuelles ? Quelles sont les sources d’ailleurs ?

Nous apprenons dans ce document dans quel domaine chacun des pays listés peut se prévaloir d’une première place. Ainsi, l’Uruguay apparaît en première position en nombre de victoires à la coupe du monde par habitant, sur la période 1930-2006. Bizarre. Ce décalage semble indiquer tout simplement que les données servant de base à ce classement ont été actualisées et que différentes sources d’information sont utilisées. Rien d’extraordinaire mais il est toujours bon de préciser ses sources, comme nous venons d’en avoir l’illustration. Question de méthode.

Des données de base pour la classe

A notre tour de faire oeuvre de détournement pédagogique : les données d’où est tiré le classement proviennent du site NationMaster, qui exploite, en les retravaillant et en les présentant graphiquement, les données brutes tirées du « CIA World Factbook« , par exemple en fournissant des classements des pays dans différentes catégories. L’intérêt pédagogique saute aux yeux pour l’enseignement des sciences sociales (histoire, économie, géographie). Bingo, d’ailleurs, car nous confirmons ici que l’Uruguay est le numéro un mondial dans la part du temps consacré aux disciplines scientifiques dans l’enseignement primaire : une confirmation de la présentation donnée sur « Information is Beautiful ». Toutefois, les données remontent à 1999. Ce n’est pas très récent ! Nous pouvons déjà approfondir notre compréhension, par exemple dans le secteur de l’éducation (d’après NationMaster) :

Ne nous avouons pas vaincus pour autant ! Si l’on veut obtenir – pour la classe – des données plus récentes, on peut se tourner vers des sources officielles, telles que la Banque Mondiale. Par exemple, pour l’Uruguay, qui nous intéresse ici. Par ailleurs, ces données sont disponibles en français, en anglais, en arabe et en espagnol. Bingo pour les cours de langues !

Voilà un début pour mieux connaître notre vis-à-vis. Alors de grâce, ne dites plus, à la manière de Staline interrogeant Churchill, à propos du Vatican : « L’Uruguay : combien de divisions ? » ! Mais apprenons à nous connaître mieux, en lettres ou en chiffres ! C’est un premier pas en faveur de la compréhension et de l’amitié.

[Nosy Komba] Formation de l’équipe

Comme l’année dernière OLPC France est partenaire de G du cœur pour mener le projet Nosy Komba. Ce sont donc quatre étudiants de l’ESG qui sont partis cette année.


(De gauche à droite sur la photo: Margaux, Quentin, Laura et Vahé)

A part Quentin qui était membre de l’expédition l’année dernière et qui pilote le projet sur place cette année, aucun ne connaissait le XO et Sugar au départ. L’enjeu pour nous: en faire des spécialistes capables de déployer un serveur, flasher les machines, former les enseignants et faire découvrir le XO aux enfants !

Cette année, nous avons décidé d’être très ambitieux et ce n’est pas moins de 8 ateliers de formation que nous avons organisés avec l’équipe. Quand on sait que nous sommes tous volontaires, que nous avons donc nos contraintes et que l’équipe doit en parallèle gérer ses cours et ses examens: c’est un vrai challenge.
Pourtant à chaque fois, c’est un ou plusieurs membres d’OLPC France qui ont transmis leur savoir à des étudiants surmotivés et qui en demandait toujours plus.

Voilà ci-dessous le détail de ces ateliers.

Découverte du XO et des activités (2 ateliers) : dans un premier atelier, Quentin a présenté à l’équipe les manipulations de base de la machine et un aperçu des différentes activités. C’est aussi l’occasion de découvrir les capacités de fonctionnement collaborative : tchat et rédaction à 6 mains d’un document. Dès ce premier atelier, chaque membre de l’équipe reçoit un XO qui ne le quittera plus jusqu’au départ.


Quinze jours plus tard, c’est Clément qui prend la relève et entre dans le détail de chacune des activités. Il fait également découvrir son activité fétiche, ArtTortue et les principes de programmation géométrique : une excellente initiation au constructivisme.

Pédagogie (2 ateliers) : C’est Bastien qui assure la formation. Il fait d’abord une introduction sur les théories sous-jacentes au projet (constructivisme, constructionisme et socio-constructivisme). La formation s’appuie ensuite sur les manuels pédagogiques Gabon et Pérou. Ces deux guides présentent l’utilisation des Activités Sugar dans un contexte pédagogique. Ils permettent d’aider l’enseignant à découvrir les activités qui pourront le mieux appuyer son enseignement.

Entre les deux ateliers, c’est à l’équipe d’inventer de nouvelles activités en s’appuyant sur le cursus scolaire qu’avait présenté les enseignants l’année dernière. C’est Margaux qui prend la tête de ce sujet.


En parallèle l’infatigable Samy pilote la traduction en Français du Guide Pérou à laquelle s’attelle Jean-François, Cécile, Lionel et Kaçandre. Bastien et Antoine assureront la relecture.

Réparation (1 atelier)
Le XO est conçu pour être démonté facilement. Cela permet lors d’un déploiement d’envisager une réparation localement plutôt que de devoir réexpédier la machine. La réparation est donc un élément important de la formation des enseignants.
C’est Xavier et Lionel qui ont assuré la préparation de l’équipe à cette tâche lors d’un atelier au /tmp/lab. C’est un moment ludique qui permet de constater à quel point n’importe qui, même peu familier des travaux manuels, peut démonter et changer les pièces majeures (écran, clavier) d’un XO.



Serveur école (School Server) (2 ateliers)
La mise en place du serveur école était une de nos ambitions majeures cette année. Cela a été un long travail à la fois pour l’acquisition et le montage du matériel mais aussi pour l’installation et la configuration du logiciel.


Ce sont deux longues soirées et plusieurs rendez-vous spécifiques qui ont permis la préparation de l’équipe. L’objectif était à la fois qu’ils soient capables de le remettre en fonctionnement sur place et qu’ils maîtrisent les opérations élémentaires, notamment la sauvegarde des données des XOs.

Pas simple de comprendre les aspects techniques et l’infrastructure nécessaire sans une connaissance réseau préalable. Ce sont Xavier et Nicolas qui ont assurés la formation. Laura ayant été désigné comme responsable de cette partie de la mission.

Evaluation (1 workshop)
Pierre Varly de passage à Paris anime avec Bastien un atelier de réflexion dédié à ce sujet. L’objectif: estimer comment peut être évalué l’apport du XO sur place: à la fois sur le travail des enseignants et sur l’apprentissage des enfants.

Pour cela, Pierre présente les tests d’évaluations du PASEC qu’il a déjà mis en oeuvre à Madagascar pour évaluer le niveau des élèves en français, mathématiques et malgache. Un plan d’action est proposé notamment afin de comparer les résultats en début et en fin d’année et de les comparer avec une autre école proche n’utilisant pas les XOs.

Plus encore, Pierre propose à l’équipe une véritable « checklist » des actions à réaliser pour préparer cette évaluation. C’est Vahé qui est désigné responsable de ce sujet.

Voilà, après plusieurs semaines de formation, l’équipe est partie à Nosy Komba avec la tête bien pleine. Peut être trop pleine même ! Mais encore une fois nous avons essayé de lui proposer le maximum d’information pour les préparer au terrain.

Un grand merci à l’équipe pour sa patience et sa motivation et à tout les animateurs pour leur travail.